La consultation chez le médecin généraliste passera à 30 euros en décembre, selon un projet d'accord publié ce vendredi.
Aujourd'hui, le montant de celle-ci s'élève à 26,50 euros.
Les négociations entre les représentants des médecins libéraux et l'Assurance maladie duraient depuis plusieurs mois.

Un compromis était attendu depuis de longs mois. Le tarif de la consultation chez le médecin généraliste pourrait à 30 euros en décembre, selon un projet d'accord finalisé vendredi 17 mai par l'Assurance maladie et les syndicats de médecins libéraux. Les deux parties ont multiplié les réunions ces dernières semaines pour parvenir à cette mesure. Aujourd'hui d'un montant de 26,50 euros pour les médecins conventionnés en secteur 1, le tarif chez le généraliste augmenterait donc de 3,50 euros par rendez-vous.

Au-delà de ce type de soins, le projet d'accord prévoit aussi des revalorisations pour les différentes consultations chez des spécialistes et des engagements collectifs pour l'accès aux soins. Pour rentrer en vigueur, le texte doit désormais être ratifié par un groupe suffisamment représentatif de syndicats. Les consultations internes à chacune de ces organisations auront lieu la semaine prochaine, avec l'espoir de sceller l'accord la dernière semaine de mai.

Un dernier détail à régler avant la signature finale

Plusieurs représentants du secteur ont exprimé leur relative satisfaction après l'annonce de cet arrangement in extremis, alors que la séance de négociations lancée jeudi était la dernière pour trouver un accord sur les cinq prochaines années. Le docteur Franck Devulder, président du syndicat de spécialistes et de généralistes CSMF, s'est montré favorable à une ratification par son organisation. "Cette convention, qui est un compromis, apporte-t-elle un plus ? Je pense que oui", a-t-il indiqué. "Et est-ce qu'elle apporte des contraintes en plus" pour les médecins ?, "Je pense que non", a-t-il balayé d'un revers de la main.

De son côté, le docteur Jean-Christophe Nogrette, l'un des dirigeants du puissant syndicat MG France, s'est montré un peu plus réservé en raison d'un ultime point à clarifier. "Presque tous les éléments sont sur la table", mais "il en manque encore un", a-t-il expliqué. Ce dernier élément manquant porte sur l'Avis ponctuel du consultant, une consultation du spécialiste demandée par le généraliste pour avis, qui devrait être revalorisée à 60 euros en décembre dans le projet d'accord. Mais les généralistes tiennent à ce que ce rendez-vous puisse ne pas être utilisé par des spécialistes pour s'adresser entre eux des patients, en court-circuitant le médecin traitant.

Si ce dernier détail venait à être réglé, l'avis favorable de MG France suffirait à valider définitivement l'accord, tant cette organisation est influente. Selon plusieurs connaisseurs du secteur, interrogés par l'AFP, cette modification devrait pouvoir être apportée durant le week-end sans trop de difficultés. Selon le directeur général de l'Assurance maladie, Thomas Fatôme, les différentes revalorisations contenues dans le projet représentent à terme 1,6 milliard d'euros de dépenses en plus pour son organisme. Une somme qui s'élève à 1,9 milliard d'euros supplémentaires, en y incluant les dépenses des complémentaires santé.


T.A. avec AFP

Tout
TF1 Info