La prise de Paracétamol pendant la grossesse nuirait à la libido de l'enfant à naître

Publié le 27 juin 2017 à 19h38
La prise de Paracétamol pendant la grossesse nuirait à la libido de l'enfant à naître

ÉTUDE - Selon des chercheurs danois, la prise de paracétamol par les femmes enceintes serait susceptible de provoquer chez leur bébé de sexe masculin une baisse de désir sexuel à l’âge adulte. De précédents travaux scientifiques avaient déjà mis en avant les dangers de ce composé chimique utilisé comme antalgique durant les mois qui précèdent l'accouchement. Explications.

Méfaits du paracétamol pendant la grossesse, suite. Alors qu'une étude pointait en juillet 2016 des risques de troubles d’inattention, d’impulsivité et d’autisme chez l'enfant à naître liés à la prise de l’analgésique par leur mère, des chercheurs danois alertent sur de nouveaux effets néfastes chez les bébés de sexe masculin. 

Dans une étude publiée le 30 mai dernier dans la revue scientifique Reproduction, les scientifiques de l’université de Copenhague expliquent que la substance active préférée des Français serait à l’origine d’une modification de la programmation neurocomportementale qui "inhiberait les comportements sexuels adultes". 

Ainsi, chez des souris de laboratoire, les sujets dont la mère avait absorbé le médicament présentaient durant l’accouplement moins de pénétrations et d’éjaculations que les mâles non exposés in utero. Cela s'explique par le fait que la programmation masculine n'a pas été correctement établie lors de son développement fœtal. Conséquence ? Une reproduction amoindrie.

Lire aussi
Paracétamol : attention aux effets indésirables Source : JT 20h Semaine
Cette vidéo n'est plus disponible

"La moitié du nombre de neurones"

"La zone du cerveau qui contrôle le désir sexuel, le noyau dimorphe sexuel, avait la moitié du nombre de neurones pour les souris qui avaient reçu du paracétamol. L'inhibition de la testostérone a également conduit à une réduction de moitié de l'activité dans une région du cerveau qui est significative pour les caractéristiques masculines ", détaille Anders Hay-Schmidt, chercheur à l'Université de Copenhague.

Ces nouveaux essais limités à la souris "s'ajoutent à de plus en plus de preuves suggérant la nécessité de limiter l'exposition généralisée des femmes enceintes à cette molécule", précisent en outre, les auteurs de l'étude. 

Pour rappel, plus de 400 millions de boîtes de paracétamol sont vendues chaque année.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info