La France face à une 3e vague d'ampleur

Le confinement produit-il ses premiers effets ? "Quelques indicateurs semblent plafonner"

La rédaction de LCI
Publié le 9 novembre 2020 à 11h44, mis à jour le 9 novembre 2020 à 11h52
JT Perso

Source : TF1 Info

SANTÉ - Moins de dix jours après l'entrée en vigueur du nouveau confinement, le chef du service de réanimation de Lariboisière a constaté, à l'instar du ministre de la Santé, un "frémissement" de certains indicateurs. Mais appelle néanmoins à la prudence.

Dès les premières heures du reconfinement, la question était posée. Et l'impatience des Français, déjà perceptible. Quand ces nouvelles restrictions allaient-elles porter ses fruits ? Sur LCI ce dimanche, le professeur Bruno Mégarbane, chef du service de réanimation de l'hôpital Lariboisière, explique avoir constaté un début d'amélioration : "Il est encore difficile de se prononcer sur les effets éventuels sur le Covid du couvre-feu et du confinement. Malgré tout, quelques indicateurs semblent plafonner. Le premier, c'est le R0 (le taux de reproduction du virus, ndlr), qui diminue dans l'ensemble des régions et qui, dans certaines, se rapproche même de 1. Deuxièmement, on voit aussi le taux de positivité des tests de dépistage qui stagne aux environs de 20%, alors qu'avant il augmentait de façon franche. Et l'incidence du nombre de nouveaux cas de contamination dans de nombreuses régions est à la baisse, donc il semble y avoir un frémissement", dit le médecin réanimateur. 

Il se peut qu'il faille attendre plus longtemps que prévu

le Pr. Bruno Mégarbane, sur LCI

Toutefois, la prudence reste de mise et des questions demeurent. "Ce frémissement va-t-il se confirmer ? Il est encore trop tôt pour le dire, tempère le Pr. Mégarbane. À quelle vitesse va-t-il aller ? Car, si on veut atteindre 5.000 nouvelles contaminations par jour pour lever le confinement, il se peut qu'avec la version actuelle, plus légère du confinement, il faille attendre plus longtemps que prévu". Au moment de l'annonce de ces nouvelles restrictions, le gouvernement avait fixé au 1er décembre la première clause de revoyure afin d'évaluer l'efficacité du confinement. 

Ce dimanche sur France Inter, Olivier Véran a évoqué lui aussi "une forme de ralentissement de la progression de l'épidémie", tout en rappelant qu'il était "trop tôt pour juger de l'effet du reconfinement". Avant de savoir s'il convient de l'alléger, voire de le renforcer, il est donc indispensable d'attendre pour avoir une idée plus précise de l'impact du confinement. Le ministre de la Santé a expliqué que des données consolidées allaient tomber "d'ici à la fin de la semaine" prochaine. Mais "de toute façon il y aura une augmentation des hospitalisations et des réanimations dans les prochains jours puisque c'est le reflet de la situation épidémique d'avant le confinement", a-t-il prévenu.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info