Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Le "Regeneron" autorisé en urgence aux Etats-Unis : quel est ce traitement expérimental utilisé par Donald Trump ?

La rédaction de LCI
Publié le 22 novembre 2020 à 8h16
Le "Regeneron" autorisé en urgence aux Etats-Unis : quel est ce traitement expérimental utilisé par Donald Trump ?

Source : SAUL LOEB / AFP

ANTICORPS - L'Agence américaine des médicaments (FDA) a accordé en urgence une autorisation au Regeneron. Ce traitement aux anticorps de synthèse contre le Covid-19 a notamment été utilisé pour soigner le président Donald Trump.

Le président américain Donald Trump avait testé ce traitement début octobre alors que celui-ci n'était qu'au stade expérimental. Le Regeneron va pouvoir être utilisé de manière plus massive aux Etats-Unis où le cap des 12 millions de cas a été franchi ce week-end. L'Agence américaine des médicaments (FDA) a en effet accordé en urgence son autorisation à ce traitement que Donald Trump avait largement vanté.

Un cocktail d'anticorps de synthèse

Sean Conley, le médecin du président, avait indiqué à l'époque que Donald Trump avait reçu une dose du cocktail expérimental composé d'anticorps de synthèse. Il avait reçu la plus forte dose, 8 grammes.

Ces anticorps sont fabriqués en laboratoire, ils sont clonés à partir d'anticorps prélevés sur des humains ayant guéri du virus. Une fois injectés dans le corps d'un patient, ils sont censé foncer sur le virus pour le neutraliser et l'empêcher d'infecter d'autres cellules, à la manière d'un système immunitaire naturel. Selon la FDA, il a été démontré que ce traitement  réduit les  hospitalisations liées au Covid-19 ou les consultations aux urgences chez les  patients présentant des maladies secondaires ou "comorbidités".

Eviter les hospitalisations

A l'issue des premiers tests cliniques, Regeneron avait annoncé que dans un essai sur 275 patients, le cocktail avait réduit la quantité de virus chez les patients infectés non hospitalisés et accéléré leur rétablissement. Seul bémol : le traitement a été plus efficace chez les patients qui n'avaient pas d’anticorps, donc contaminés très récemment avant qu'il ne leur soit administré. Chez les patients possédant déjà des anticorps détectables, le Regn-Cov-2 n’a eu que de très légers effets.

Le médicament développé était suffisamment prometteur pour que la société reçoive plus de 600 millions de dollars du gouvernement américain pour développer ce traitement mais il manquait l'autorisation de la FDA. C'est désormais chose faite. "Autoriser ces thérapies aux anticorps monoclonaux pourrait permettre à des  patients d'éviter l'hospitalisation et d'alléger la charge qui pèse sur notre  système de santé", a expliqué un responsable de la FDA, Stephen Hahn. 

Le Regeneron est le deuxième traitement aux anticorps synthétiques à  recevoir une "autorisation pour une utilisation en urgence" (EUA) de la FDA.  Une thérapie similaire développée par le laboratoire américain Eli Lilly avait  déjà obtenu ce statut le 9 novembre.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info