Le suicide, première cause de mortalité maternelle lors d'une grossesse ou après un accouchement

par A. Lo. avec AFP
Publié le 3 avril 2024 à 13h55

Source : JT 20h Semaine

Le suicide est devenu la première cause de mortalité des femmes au cours d'une grossesse ou après un accouchement, selon une étude de Santé Publique France.
17% de ces morts sont un suicide.
La prévention, le dépistage, une prise en charge coordonnée et multidisciplinaire sont recommandés pour réduire ce chiffre.

Un décès toutes les trois semaines. Bien que rares, les "morts maternelles" existent toujours en France, et le suicide en est même devenu la première cause, selon une étude publiée ce 3 avril par l'Inserm et Santé publique France, sur la période courant de 2016 à 2018. 17% des décès de femmes, entre le début de la grossesse jusqu'à un an après l'accouchement ou l'avortement, est un suicide, rapporte cette étude. 

Informer sur les dépressions périnatales et post-partum

"C'était la deuxième cause, ça devient la première : ce n'est pas une modification de tendance radicale, mais une confirmation accrue du poids des suicides", a déclaré à l'AFP Catherine Deneux-Tharaux, directrice de recherche à l'Inserm. Cette cause de mortalité maternelle passe devant les maladies cardiovasculaires (14% des décès).

Face à cette problématique, le rapport préconise plusieurs solutions. La prévention, le dépistage, une prise en charge coordonnée et multidisciplinaire restent recommandés. Par ailleurs, pour éviter des suicides, "les facteurs de risque, personnels et familiaux, de dépression périnatale doivent être connus des professionnels (...) et recherchés tout au long du suivi de la grossesse et du postpartum", soulignent les experts.

Outre l'implication de tous les soignants pour dépister des symptômes de troubles mentaux jusque dans l'année suivant l'accouchement, ils recommandent l'information des femmes enceintes, de leur entourage et du grand public sur la dépression périnatale. Catherine Deneux-Tharaux recommande également de mieux faire connaître la dépression post-partum, alors que "des femmes ressentent encore une forte culpabilité à éprouver de la tristesse, un manque de plaisir avec leur enfant, un sentiment de n'être pas une bonne mère, mais verbalisent peu".

Environ 90 femmes décèdent annuellement d'une cause liée à la grossesse ou à l'accouchement, une tous les quatre jours en moyenne. Entre 2016 et 2018, 272 morts maternelles ont été recensées, sur la période entre la conception jusqu'à un an après la fin de la grossesse. Au-delà de 2018, "la mortalité maternelle va augmenter à cause de la pandémie de Covid, notamment car les femmes enceintes étaient plus à risque de formes graves", selon Catherine Deneux-Tharaux.


A. Lo. avec AFP

Tout
TF1 Info