La préfecture de Gironde a annoncé ce jeudi que les huîtres du bassin d'Arcachon allaient de nouveau être autorisées à la vente à partir de vendredi 19 janvier.
Les autorités sanitaires ont donné leur feu vert.

La fin d'une longue période d'attente. Interdites à la vente depuis le 27 décembre après des intoxications alimentaires autour de Noël, les huîtres du bassin d'Arcachon pourront à nouveau être commercialisées à partir de vendredi 19 janvier, a annoncé la préfecture de Gironde. "Sur avis unanime de la commission sanitaire départementale qu'il a présidé ce jour, le préfet de la Gironde a décidé (...) de lever l'interdiction temporaire sur l'activité de pêche et de commercialisation destinée à la consommation humaine de l'ensemble des coquillages en provenance du Bassin d'Arcachon dès le vendredi 19 janvier 2024 à 9h00", indique-t-elle dans un communiqué. 

Selon les services de l'État, "aucun nouvel évènement contaminant n'a été enregistré sur les coquillages en provenance du Bassin d'Arcachon" depuis le 22 décembre, date de la dernière récolte d'huîtres à l'origine d'une toxi-infection alimentaire collective (TIAC). "Aucun nouvel évènement météorologique avec des pluies significatives n'a par ailleurs été relevé par Météo France" et "aucun dysfonctionnement sur le réseau d'assainissement" du bassin n'a été enregistré depuis le 22 décembre par le Siba (syndicat intercommunal) et transmis aux services de l'État, soulignent-ils encore. 

Des précautions accrues

À noter que cette levée d'interdiction va être "encadrée", notamment via l'accroissement du "suivi de la qualité bactériologique de l'eau et des coquillages", précise le préfet Etienne Guyot. Ainsi, des "prélèvements hebdomadaires en lieu et place de prélèvements mensuels" sont prévus "jusqu'à la fin de l'hiver".

Cette décision s'inscrit dans la suite logique de celles prises quelques jours plus tôt, dans le même esprit, par les préfectures des Landes et du Calvados. Si les producteurs peuvent se satisfaire que l'étau se desserre enfin, ils ont tout de même perdu gros. En effet, ils n'ont pas pu profiter pleinement de la période des fêtes, lors de laquelle ils écoulent habituellement de très grandes quantités de marchandises. 

Une enquête judiciaire a été ouverte à Bordeaux après plusieurs plaintes déposées. 


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info