ALIMENTATION – Une nouvelle étude montre qu’un composé de l’épice, la curcumine, peut inhiber la prolifération des cellules cancéreuses. Des résultats prometteurs qui doivent être confirmés par des recherches complémentaires.

Voilà une étude qui va ravir les amateurs de cuisine indienne et inciter les autres à s’y mettre. Selon des chercheurs américains, le curcuma pourrait empêcher les cellules cancéreuses de se propager dans l’organisme, notamment au niveau du côlon. Mais encore mieux, l’étude montre que ses bienfaits sont décuplés lorsque la curcumine (un antioxydant très puissant du curcuma) est combinée avec de la silymarine, un composé actif du chardon-Marie. Les résultats de leurs travaux ont été publiés dans le Journal of Cancer.

Méthodologie : des tests en laboratoire
Pour arriver à ce constat, les chercheurs de l’université de Saint-Louis (Etats-Unis) ont étudié des cellules cancéreuses colorectales. Ils ont ainsi comparé en laboratoire les effets de plusieurs composés réputés anticancers sur ce type de cellules. La curcumine d’abord, aux propriétés anti-inflammatoires, la silymarine ensuite, et enfin la combinaison des deux.

Ce que l'étude a démontré : une combinaison gagnante
Verdict : "La combinaison des deux substances inhibe l’action des cellules cancéreuses et les empêche de se propager, explique le Dr Uthayashanker Ezéchiel, l'un des auteurs de l’étude. En outre, lorsque les cellules cancéreuses ont été d’abord exposées à la curcumine, puis à la silymarine, la quantité de cellules détruites était plus importante."

A LIRE AUSSI >>  Et si le curcuma était la solution contre la tuberculose multirésistante ?

Une découverte intéressante qui pourrait ouvrir la voie à de nouvelles approches dans l’élaboration de traitements moins lourds. Actuellement, la prise en charge du cancer dépend du stade, de l’étendue de la tumeur et de l’état de santé globale du patient. La chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie peuvent être associées pour venir à bout de ce mal.

Ce qu'il faut en conclure : saupoudrez vos salades de curcuma
Si un nouveau traitement à base de curcumine et de silymarine doit voir le jour, cela n’est pas pour tout de suite. En effet, cette étude n’en est qu’au stade préliminaire. La prochaine étape pour les chercheurs : comprendre comment le mélange agit avant de réaliser des tests sur les animaux, puis sur l’homme à plus long terme. En effet, "des concentrations trop élevées de curcumine et de silymarine peuvent être dangereuses", précise le Dr Ezekiel.

Cependant, cette étude rappelle que l’alimentation peut avoir des effets bénéfiques sur la santé, notamment dans la lutte contre le cancer. "Pour l’instant, il est plus sûr d’ajouter un peu de piquant à l’alimentation et ingérer de la curcumine via des aliments comme le curcuma ou le curry plutôt que de prendre des doses plus élevées des composés", conseille l’auteur des travaux au Mirror britannique. Ainsi, n’hésitez plus à saupoudrer un peu d’épices sur vos soupes et salades. De quoi relever vos plats tout en faisant le plein d’antioxydants.

A LIRE AUSSI
>> 
Le poisson gras pour lutter contre le cancer colorectal
>> 
Une poignée de noix pour limiter le risque de cancer du côlon
 


Julie BERNICHAN

Tout
TF1 Info