Alzheimer : et si le café corsé pouvait aider à combattre la maladie ?

Publié le 24 juillet 2023 à 18h50

Source : JT 13h WE

Le café, ou plus précisément l'expresso, pourrait protéger de la maladie dégénérative d'Alzheimer, selon une récente étude.
Comment ? En entravant le processus impliqué dans l'apparition de la maladie.
À savoir, la formation de plaques de protéines dans le cerveau qui contribuent à son développement.

La caféine, un bouclier idéal contre le déclin cognitif ? C'est, en substance, ce que suggère une nouvelle étude sur les vertus neuroprotectrices du café et autres boissons dérivées, publiée le 19 juillet dernier dans la revue Journal of Agricultural and Food Chemistry. Selon des tests préliminaires in vitro menés en laboratoire par des scientifiques de l’Université de Vérone (Italie), cette boisson, et en particulier l’expresso, à savoir un café très corsé avec un fort arôme, aiderait à entraver la formation des plaques de protéines tau, caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.

"Chez les personnes en bonne santé, les protéines tau aident à stabiliser les structures du cerveau, mais lorsque certaines maladies se développent", comme c'est le cas concernant Alzheimer ou Parkinson, "les protéines peuvent s'agglutiner" en petits filaments appelés "fibrilles" en biologie, explique la Société Américaine de Chimie. Dans ce contexte, des chercheurs tentent de prévenir cette agrégation pour atténuer les symptômes caractéristiques, à commencer par le déclin cognitif.

Les extraits concentrés d’expresso encore plus probants

Alors que le café contient un grand nombre de molécules bioactives, les chercheurs italiens ont d’abord cherché à identifier les plus prometteuses. Dans le détail, des expressos ont été préparés à partir de mélanges de 15 grammes de café arabica et robusta moulu et torréfié, pour un volume final de 80 millilitres par tasse, chacune des préparations ayant duré 30 secondes avec une température de l’eau de 80 °C. Parmi les molécules actives isolées, toutes à 99% de pureté, figuraient la caféine, la génistéine, qui peuvent toutes deux traverser la barrière hémato-encéphalique et exercer leurs effets neuroprotecteurs, mais aussi la théobromine, également présente dans le cacao. Les chercheurs ont ensuite évalué leur capacité à entraver la formation de plaques de protéines de tau dans le cerveau.

Verdict ? Les molécules actives ont pu se lier aux fibrilles préformées et les empêcher de devenir toxiques. Or, les effets les plus probants ont été observés avec des extraits particulièrement concentrés d’expresso.

"Des informations précieuses"

"Ces résultats apportent des informations précieuses sur le potentiel neuroprotecteur du café expresso et suggèrent des échafaudages moléculaires candidats pour la conception de thérapies ciblant les formes monomères ou fibrillées de la protéine tau", concluent les chercheurs qui soulignent que leurs conclusions devront être corroborées par des essais cliniques appropriés. Ces dernières semblent toutefois confirmer des hypothèses précédemment avancées, concernant la capacité des extraits de café vert et torréfié à cibler les oligomères Aβ, également impliqués dans la maladie d’Alzheimer.

À titre de repère, pas moins de 55 millions de personnes souffrent de démence à travers le monde, Alzheimer représentant à elle seule 60% à 70% des cas, selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Pour l'heure considérée comme irréversible, cette maladie se caractérise par "une altération croissante de la mémoire et des fonctions cognitives ainsi que des troubles du comportement" lesquels "conduisent à une perte progressive d’autonomie". La question de la prévention est donc un enjeu de santé publique.


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info