Les jeunes retrouvent le moral après deux ans de pandémie, selon une étude

M.G
Publié le 28 septembre 2022 à 13h13
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le moral des 18-30 ans repart à la hausse après deux ans particulièrement difficiles, indiquent l'Injep et le Crédoc dans leur enquête annuelle parue ce mercredi.
Les deux instituts observent notamment un regain de confiance concernant l'avenir à court terme.

Une tendance à contre-courant. Dans un contexte particulièrement difficile, entre inflation galopante et crainte de pénuries cet hiver, la jeunesse semble tenir bon. Mieux, le moral des 18-30 ans repart à la hausse après deux années d'insertion professionnelle ralentie, de perte de liens sociaux ou encore de dégradation de la santé psychique, en raison du Covid-19. L'enquête annuelle de l'Injep (Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire) et du Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) pointe ainsi un "regain d'optimisme lié à la reprise du marché du travail et au retour à la vie normale"

Un état d'esprit plus positif

Dans le détail, 2022 se caractérise par un état d'esprit plus positif qu'en 2021 (48% des jeunes interrogés utilisent un registre lexical positif, +2 points). Les jeunes "se déclarent spontanément plus souvent heureux (+13 points) et plus déterminés, motivés et persévérants qu’en 2021 (+ 8 points)", note l'étude*. En revanche, une différence notable est à signaler : 57% des hommes de cette tranche d'âge se disent dans un état d'esprit positif (+3 points par rapport à 2021), ce qui n'est le cas que pour 41% des femmes (+3 points par rapport à 2021). 

Ce contraste se retrouve aussi sur l'aspect négatif. Ainsi, les deux instituts observent une nette "diminution des expressions négatives". 33% des interrogés affirment être dans un état d'esprit négatif en 2022, contre 45% l'an dernier. Si l'amélioration est légèrement plus importante chez les jeunes femmes (-12 points) que chez leurs homologues masculins (-9 points), elles partent de beaucoup plus loin (44% d'entre elles ont toujours un état d'esprit négatif contre 24% chez les hommes). 

Les jeunes femmes plus touchées par "la crise sanitaire"

De manière générale, les jeunes femmes ne retrouvent pas leur moral d'avant-crise, et ont été "plus touchées que les jeunes hommes par les conséquences psychologiques de la crise sanitaire". Cette hétérogénéité en fonction du sexe tiendrait "pour partie à la persistance de normes sociales et en particulier à la moins grande place laissée dans notre société à l’expression des sentiments des hommes qui auraient tendance à sous-déclarer certains ressentis négatifs", expliquent les auteurs. "En outre, les conditions de vie objectives des femmes jouent également un rôle dans leur positionnement particulier. Elles ont plus souvent à charge leurs enfants en cas de séparation (elles représentent 82 % des familles monoparentales dont 45 % vivent au-dessous du seuil de pauvreté) et elles ont des situations professionnelles et financières moins favorables (moins rémunérées, plus souvent à temps partiel…)", ajoutent-ils.

Par ailleurs, 19% des jeunes se déclarent "neutres", ce qui traduit, selon l'étude, "une forme d'attentisme lié à un contexte de crises successives"

Un haut niveau de confiance en l'avenir à court terme

Autre signe d'amélioration, 66% des 18-30 ans se disent confiants ou très confiants "dans leur avenir personnel pour les trois années qui viennent". Une hausse de 6 points par rapport à l'année dernière. De même, 67 % des jeunes considèrent, en 2022, que leur vie actuelle correspond à leurs attentes. "Ceci est le plus haut niveau de satisfaction jamais mesuré depuis l’introduction de cet indicateur en 2016", se félicitent l'Injep et le Crédoc. L’amélioration est particulièrement marquée par rapport à 2021 (+ 7 points) mais se retrouve aussi lorsque l'on compare avec les niveaux pré-pandémiques (entre 60 % et 65 %, selon les années). 

Lire aussi

En revanche, une "persistance d'un sentiment de solitude" est à noter. Ainsi, "36% des jeunes se sentent seuls de temps en temps", une hausse de 5 points par rapport à l'avant-pandémie. 

*L'enquête a été réalisée en ligne du 14 mars au 28 avril 2022, auprès d'un échantillon représentatif de 4512 jeunes âgés de 18 à 30 ans résidant en France, sélectionnés selon la méthode des quotas.


M.G

Tout
TF1 Info