L'info passée au crible
Verif'

Non, l'apparition de la variole du singe n'a pas été prédite à Munich en 2021

Caroline Quevrain
Publié le 23 mai 2022 à 18h34, mis à jour le 27 mai 2022 à 10h28
La conférence sur la sécurité de Munich en 2021, en ligne à cause de la pandémie

La conférence sur la sécurité de Munich en 2021, en ligne à cause de la pandémie

Source : BENOIT TESSIER / POOL / AFP

Une épidémie de variole du singe aurait été anticipée lors de la conférence sur la sécurité de Munich de 2021.
Toutes les publications sur le sujet mettent en avant la concordance des dates.
Si un exercice de simulation s’est bien déroulé, il s’agit d’une coïncidence : le scénario emprunté n’a rien à voir avec la réalité.

Mise à jour du 27/05 : ajout du démenti apporté par la NTI, organisatrice de l'exercice, qui parle de "coïncidence".

Depuis que la variole du singe est apparue en Europe, elle s’accompagne de ses théories les plus extravagantes. Après celle affirmant que Bill Gates avait prédit l’arrivée de la maladie des mois plus tôt, voici que l’on avance maintenant qu’elle aurait été annoncée dans une conférence internationale sur la sécurité, donnée à Munich en 2021.

Un exercice d'anticipation annuel

Cette nouvelle se retrouve sur Twitter, comme sur ce compte qui la reprend avec pour conclusion "They ALWAYS tell us" ('ils nous le disent toujours), ou sur celui-ci. Elle circule aussi en français sur des chaines Telegram, où la concordance des dates, entre la prédiction faite à cette fameuse conférence et son apparition actuelle sur le continent européen, est mise en avant. Toutes ces publications s’appuient sur un document qu’elles attribuent à la  Nuclear Threat Initiative (NTI), une association américaine "dont le but est de prévenir les attaques et les accidents causés par des armes de destruction massive -nucléaire, biologique, radiologique, chimique et informatique". 

Ainsi, l'organisation s’associe avec des têtes pensantes pour mener à bien son action et, chaque année depuis 2018, organise un exercice d’anticipation avec la conférence sur la sécurité de Munich. Dans le cadre de ce forum annuel consacré à la sécurité internationale, la simulation réunit des dirigeants ainsi que des spécialistes mondiaux et vise à réduire "les menaces biologiques à hautes conséquences", d’après le site officiel de la conférence.

Le scénario fictif s'est déroulé progressivement à travers une série de courtes vidéos auxquelles les participants ont réagi au cours d'une discussion en ligne. - The Nuclear Threat Initiative (NTI)

Ce dernier renvoie à un article de la NTI consacré à l’exercice. Le 17 mars 2021, 19 experts ont été amenés à réfléchir sur un scénario fictif décrivant "une pandémie mondiale mortelle impliquant une souche inhabituelle de virus de la variole du singe apparue pour la première fois dans la nation fictive de Brinia et s'est propagée à l'échelle mondiale pendant 18 mois". Cette épidémie, imaginent les parties prenantes, serait "causée par une attaque terroriste utilisant un agent pathogène conçu dans un laboratoire avec des dispositions de biosûreté et de biosécurité inadéquates et une surveillance faible".

L’objectif est de décrire l’évolution de la pandémie, de la découverte des premiers cas à la mise au point d’un traitement, et d'identifier les mesures les plus efficaces à chaque étape. En lien, le rapport final de l’édition 2021 intègre un calendrier en page 10, et anticipe la date du 15 mai 2022. Celle-ci est donc reprise en argument pour démontrer que la variole du singe était prédite dès 2021. Or, le 15 mai 2022 fait référence à l’attaque imaginée du laboratoire responsable de l’épidémie et non pas à la découverte des premiers cas. Ils surviennent dans la simulation seulement à partir du 5 juin et non pas début mai, comme c’est le cas aujourd’hui.

Un scénario différent des faits

"Le mouvement 1 (qui se déroule le 5 juin 2022, dans le temps du scénario) commence par une épidémie inhabituelle de variole du singe à Brinia (250 millions d'habitants), avec des rapports faisant état de 1 421 cas et de quatre décès", décrit le scénario. Au Royaume-Uni, le premier cas de variole du singe a été signalé le 7 mai dernier par l’agence de sécurité de santé britannique. Depuis, plusieurs contaminations ont été observées dans le pays et sur le continent, comme une quarantaine en Espagne et au Portugal.

Selon le scénario inventé, des cas de variole du singe seraient découverts à partir du 5 juin 2022 dans le pays imaginaire de Brinia

De plus, le scénario pensé ici est très différent de celui rencontré aujourd’hui. Il y a bien sûr la cause terroriste qui est imaginée et qui n’est pas retenue ce jour par les autorités sanitaires dans le cadre de la variole du singe. Mais aussi le caractère bien plus contagieux de la souche du virus imaginée pour l'exercice, ainsi que les conditions de son apparition. D’après l’exercice, "l'épidémie a lieu pendant une fête nationale avec de nombreux déplacements nationaux et internationaux des Briniens. Le monkeypox [variole du singe, NDLR] n'étant pas naturellement présent à Brinia, les experts locaux et internationaux considèrent que cette épidémie est inhabituelle". Au Royaume-Uni, les autorités soupçonnent l’homme d’avoir contracté la maladie au Nigeria, d’où il revenait. 

Le choix de la variole du singe n’est qu’une coïncidence et cela, la NTI l'a avancé elle-même dans un communiqué, où elle a tenu à "remettre les pendules à l'heure" en décrivant le contexte dans lequel s'était tenu cet exercice. Aussi, "le fait que plusieurs pays connaissent actuellement une épidémie de monkeypox est purement une coïncidence", confirme la NTI. Par ailleurs, d'autres virus ont été les sujets d'autres exercices d'anticipation et n’ont pas été observés ensuite dans le monde, à une grande échelle. La première édition de 2019 a imaginé l’émergence d’une maladie ressemblant à la peste pneumonique, tandis que la deuxième, en 2020, s’est intéressée à "une version modifiée du virus de la grippe H2N2" créée en laboratoire. 

Le dernier exercice en date s’est quant à lui concentré sur un autre type de scénario catastrophe, impliquant "une attaque localisée d'armes biologiques contre du bétail dans le pays fictif d'Andoriban avec une souche génétiquement modifiée du virus Akhmeta". Avant la variole du singe, le Covid-19 a été visé par des théories similaires. Ainsi, on l’avait accusé de la même manière d’avoir été anticipé dans un exercice de simulation, Event 201, organisé en octobre 2019 par la Fondation-Bill-et-Melinda-Gates. Comme l’a raconté Le Monde après que Phillipe de Villiers s’en était emparée, cette théorie était tout aussi fausse.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline Quevrain

Tout
TF1 Info