Une pilule peut-elle permettre d'éviter la gueule de bois ?
L'an dernier, un laboratoire suédois prétendait avoir mis au point une pilule permettant d'éliminer rapidement l'alcool.
Un remède "miracle" qui laisse les experts dubitatifs.

Faut-il ranger la gueule de bois aux oubliettes ? Au moment où les Français se préparent à fêter l'arrivée de la nouvelle année, et que les boissons devraient couler à flot, des scientifiques ont affirmé l'an dernier avoir trouvé le remède miracle contre les effets néfastes de l'alcool. Depuis 2022, un laboratoire suédois a développé une pilule appelée "Myrkl", qui permet d'éliminer "70% de la substance alcoolique directement dans l'intestin", décrivait alors le fabricant.

Une solution, disponible sur le marché au Royaume-Uni, qui laissait "dubitative" Catherine Delorme, vice-présidente de la Fédération Addiction. "Vu les manières de consommer l'alcool, et notamment sur une courte période, à visée d'atteindre l'ivresse, cela paraît difficile" qu'une pilule élimine la majorité des effets, expliquait-elle en décembre 2022 à TF1info. "Nous évacuons déjà naturellement l'alcool à haute de 0,10 à 0,15 gramme par heure. Est-ce que la pilule accélère ce processus sur des doses peu importantes ? Peut-être. Mais la pilule miracle n'existe toujours pas."

Plusieurs failles dans l'étude menée par le laboratoire

D'autant que l'étude menée en 2022 par le laboratoire laisse sceptique plusieurs scientifiques. "Seuls 24 individus y ont participé, et pour la moitié d'entre eux, les auteurs se sont rendu compte que l'alcool n'était pas détectable dans le sang", tant la consommation avait été faible, notait Mickael Naassila, président de la Société Française d'Alcoologie, dans les colonnes du Figaro. "Pour un homme de 80 kg", la quantité d'alcool consommée au cours de l'étude était équivalente à "2,4 verres standards servis au bar", poursuivait-il. Avec cette dose, "il n'y a quasiment aucune chance d'avoir une gueule de bois sévère le lendemain".

Dès lors, les travaux menés par le laboratoire sèment le doute sur l'efficacité du produit. "Essayons de travailler avec la réalité", réclamait Catherine Delorme. "À l'occasion d'un événement festif comme le Nouvel An, la consommation d'alcool est généralement au-delà des 2,4 verres." "On nous vend un produit censé agir sur la gueule de bois qui n'a pas du tout été testé sur des symptômes de gueule de bois", déplorait de son côté le Pr Naassila.

"Nous aurions adoré quadrupler les doses, mais on ne nous a pas laissé faire", se défendait sur BFMTV Frédéric Fernandez, porte-parole du laboratoire. Lui préfère s'appuyer sur le taux de satisfaction des clients, estimé à 75% par la marque, avant qu'un essai clinique plus large ne soit mené.

Pour le réveillon du 31 décembre, plutôt qu'une pilule à l'efficacité controversée, Catherine Delorme conseille de la prévention. "C'est un moment festif avec consommation d'alcool", assure-t-elle. "Le tout est de prendre toutes les dispositions. Les messages sont bien connus : on ne prend pas le volant, on reste sur place, on mange en même temps ou avant de consommer l'alcool."


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info