Où en est l'épidémie de bronchiolite dans les régions de France ?

par I.N
Publié le 25 octobre 2023 à 18h55

Source : JT 20h WE

Comme chaque automne, le nombre de cas de bronchiolite poursuit sa hausse.
Ce mercredi, Santé publique France a placé une quatrième région de métropole en phase épidémique.
Où en est la propagation de la maladie ?

C'est une habitude que redoutent les parents chaque année à l'approche de l'hiver : la hausse des cas de bronchiolite. 2023 n'échappe pas à la règle. Cette maladie, causée principalement par le virus respiratoire syncytial (VRS) et qui provoque des difficultés respiratoires aux bébés, poursuit son développement dans le pays. Et ce n'est pas sans conséquence, car si elle est généralement sans gravité, elle peut parfois déboucher sur des passages aux urgences et des hospitalisations.

Ce mercredi, quatre régions de métropole sont placées en phase épidémique par Santé publique France. La Normandie a rejoint l'Île-de-France, les Pays de la Loire et la Bretagne en rouge écarlate. Dans les départements et régions d'outre-mer, trois régions (Guadeloupe, Martinique et Guyane) demeurent en phase épidémique.

Santé publique France

Dans l'Hexagone, cinq régions sont également classées en phase pré-épidémique. Il s'agit des Hauts-de-France, du Grand Est, du Centre-Val de Loire, de la Nouvelle-Aquitaine et de l'Occitanie. Seules la Bourgogne-Franche-Comté, l'Auvergne-Rhône-Alpes, la Provence-Alpes-Côte d'Azur et la Corse sont, pour l'heure, épargnées.

Une épidémie moins forte qu'en 2022

Cela pourrait ne pas durer. Car du 16 au 22 octobre, "l'augmentation des hospitalisations après passage aux urgences était plus marquée que celle de la semaine précédente", avertit Santé publique France. L'agence sanitaire a enregistré un total de 2370 enfants de moins de deux ans aux urgences pour bronchiolite en France métropolitaine. 774 d'entre eux ont été hospitalisés, soit une hausse de 29% en une semaine. Parmi eux, 736 sont âgés de moins d'un an.

"Les taux de positivité VRS dans les prélèvements naso-pharyngés tous âges augmentent en ville comme à l'hôpital", souligne-t-elle encore. "D'autres virus susceptibles d'induire des bronchiolites circulent actuellement, en particulier les rhinovirus."

À ce stade, l'épidémie reste moins marquée qu'en 2022, où elle avait été d'une ampleur sans précédent depuis plus de dix ans, conduisant des dizaines de milliers de bébés dans des hôpitaux débordés et déjà aux prises avec le Covid-19 et la grippe. L'an dernier, fin octobre, près de 20% des passages aux urgences pour des enfants de moins de deux ans étaient liés à la bronchiolite. Un taux estimé à un peu plus de 10% actuellement.


I.N

Tout
TF1 Info