L'info passée au crible

Un patient atteint de pneumothorax s'est-il vu refuser le droit d'être opéré parce qu'il était non-vacciné ?

Felicia Sideris
Publié le 18 janvier 2022 à 8h16
JT Perso

Source : TF1 Info

PASS VACCINAL - Une vidéo devenue virale ce vendredi affirme que Mikaël Rasteiro, un patient atteint de pneumothorax, s'est vu refuser le droit d'être opéré à l'Hôpital Privé d'Antony faute de vaccination contre le Covid-19. L'établissement dénonce une "fausse information".

C'est face caméra, sur les réseaux sociaux, qu'il a voulu alerter sur le "danger imminent" qui le guette. Ce vendredi 14 janvier, un jeune homme, Mikaël Rasteiro, a affirmé sur la page Facebook d'un Gilet jaune et anti-vaccin notoire ne pas avoir eu accès aux soins nécessaires pour soigner son pneumothorax à cause de son statut vaccinal. Une vidéo vue plus d'un million de fois avant d'être supprimée, mais publiée sur de nombreux autres réseaux sociaux, dont Twitter. 

Notamment partagée par un compte habitué des fausses informations, elle a été visualisée par 71.000 internautes. Parmi eux, certains ont souhaité alerter sur cette situation. Si bien qu'elle a fini par attirer l'attention de Fabrice Di Vizio, l'avocat préféré des anti-vax. Mais que s'est-il réellement passé ?

Une opération "non urgente" reportée à cause du Covid-19

Dans cette séquence devenue virale, le jeune homme présente le calendrier des faits. Suite à deux pneumothorax, un pneumologue consulté le 22 décembre lui conseille de faire une chirurgie thoracique. Il prend alors rendez-vous dès le 30 décembre à l'Hôpital Privé d'Antony, dans les Hauts-de-Seine, avec une chirurgienne. Seulement, "quand elle a su" qu'il n'était pas vacciné, "elle a tout simplement décidé" de ne pas l'opérer. "Elle m'a dit que je devais prendre absolument le traitement [surnom pour le vaccin ndlr.] en schéma complet", lance le jeune homme à "Oliv Oliv", l'auteur de la vidéo suivi par 242.200 adeptes de ces idées anti-vaccin et anti-restrictions. Preuve pour les deux hommes, un document présenté à la caméra  sans que le texte soit lisible.

La spécialiste citée par Mikaël Rasteiro exerce bien en chirurgie thoracique, à Antony, et notamment à l'Hôpital Privé. Si l'établissement n'a pas pu "commenter le cas précis de ce patient" pour des raisons évidentes de secret professionnel, il décrit auprès de LCI.fr des faits radicalement différents de ceux exposés sur les réseaux sociaux. Selon la chirurgienne concernée ainsi que le Président du Comité Médical de l'Hôpital privé d'Antony, le patient a bien vu son opération reportée. Mais cette décision n'a aucun lien avec son statut vaccinal. Comme pour de trop nombreux Français, elle est en fait liée à la situation épidémique actuelle

Dans cet établissement, certaines interventions jugées "non urgentes" sont effectivement reportées. Ce fut le cas pour ce jeune homme. "Le patient ne présentait en effet pas d'urgence vitale, d'où la décision de reporter l'intervention chirurgicale", nous explique l'hôpital. "Ce type de décision permet à Ramsay Santé de concilier urgences vitales des patients et soins programmés."  Auprès de LCI.fr, l'établissement confirme que, comme partout en France, tous les patients sont pris en charge, qu'importe leur statut vaccinal.

Une plainte en diffamation déposée

Si ses opinions anti-vaccin n'ont pas influencé la décision de la chirurgienne, à quoi fait donc référence Mikaël Rasteiro dans sa vidéo ? Et quel est ce document qu'il présente ? En fait, la professionnelle de santé a simplement tenté de le convaincre que son absence de protection "pouvait constituer un risque s'il devait être hospitalisé" du fait de ses antécédents médicaux. "La situation lui a été longuement expliquée et le chirurgien lui a donné la conduite à tenir en cas de récidive, lui indiquant qu'elle l'opèrerait en urgence s'il en avait besoin", précise l'hôpital. "Tout cela lui a été signifié par écrit en fin de consultation." 

Ce n'est cependant pas ce document que l'internaute présente à la caméra, mais celui d'un second chirurgien, qui lui a donné le même avis médical. Dans ce courrier, le deuxième professionnel n'affirme absolument pas que le patient ne pourra pas être pris en charge, mais confirme le caractère "non urgent" de l'intervention. Et "incite" lui aussi le patient "à se faire vacciner". 

Contrairement à ce qu'affirme le jeune homme, son opération ne lui a donc pas été refusée à cause de son statut vaccinal. Il a simplement été "incité" à se faire immuniser. Auprès de LCI.fr, l'établissement dénonce une "fausse information" et annonce par ailleurs qu'une plainte en diffamation a été déposée par le chirurgien concerné. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info