Covid-19 : la vie avec le virus

Covid-19 : la reprise épidémique se confirme en France

A.B.
Publié le 15 juin 2022 à 17h33
JT Perso

Source : JT 20h WE

Le taux d’incidence est de nouveau reparti à la hausse dans l’Hexagone.
Une reprise qui touche toutes les tranches d’âge et les régions.
La faute aux variants BA.4 et BA.5 plus contagieux.

Une nouvelle vague de Covid-19 se profile-t-elle en France ? Selon le dernier bulletin de Santé publique France (SPF), de nombreux indicateurs repartent en tout cas à la hausse dans l’Hexagone, après un mois de mai marqué par un recul de la pandémie. La barre des 30.000 cas de Covid par jour sur une semaine a ainsi été dépassée lundi 13 juin, pour la première fois depuis plus d’un mois, alors que ce taux était redescendu à 17.521 à la fin du mois de mai. 

Par ailleurs, selon SPF, au 14 juin, le nombre de nouveaux cas a flambé sur sept jours avec une hausse de +37% des contaminations et 65.425 personnes testées positives. Et, si depuis dimanche le suivi par jour de l’épidémie est rendu compliqué par une erreur technique survenue samedi, le taux d’incidence est quant à lui repassé au-dessus des 300 cas pour 100.000 habitants (353,2), en hausse de plus de 50% sur les sept derniers jours.

Du côté des hospitalisations, la tendance est également la hausse avec 519 nouvelles admissions par jour en moyenne, selon Covidtracker, en hausse depuis le début du mois. Même chose pour les admissions en soins critiques, avec une augmentation de 44,3% sur la semaine écoulée, avec 58 admissions en moyenne par jour. 

Propagation des variants BA.4 et BA.5

Une reprise épidémique qui touche tous les territoires. En Île-de-France, le taux d’incidence au 15 juin s’élevait ainsi à 414,1 pour 100.000 habitants, contre 269,4 sept jours auparavant. Dans certains départements, le taux d'incidence s'est également envolé dernièrement. Au 10 juin, celui de la Corrèze a augmenté de 78,99% en une semaine, soit la hausse la plus importante de l'Hexagone. Puis, suivent les Hauts-de-Seine avec +52,65%, Paris avec +52,24%, l'Essonne avec +47,62%, la Savoie avec +47,01%, la Seine-Saint-Denis avec +46,9%, le Val-d'Oise avec +46,63% et le Val-de-Marne avec +44,76%. 

Cette reprise des contaminations est principalement due aux sous-variants BA.4 et BA.5, d’abord repérés au Portugal et en Afrique du Sud et qui prennent le pas sur le BA.2. Au début du mois, Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), expliquait ainsi à TF1info que le sous-variant BA.5 était "estimé 10-15% plus contaminant que BA.2". Toutefois, selon l’expérience du Portugal, l’arrivée de ces deux variants a provoqué un fort rebond des contaminations, mais pas des hospitalisations. 

Par ailleurs, cette augmentation des contaminations pourrait être freinée par l’arrivée des vacances d’été, moins propices aux contaminations. "L’effet estival et vacances peut contrebalancer cette hausse, dans une certaine mesure. Mais nous allons avoir une vraie persistance de la circulation de ce virus, comme un bruit de fond, qui risque de créer les conditions pour une reprise épidémique à l'automne", estimait ainsi début juin Benjamin Davido.

Plus de 80% des Français vaccinés

La situation ne semble en tout cas pas inquiéter les autorités. La porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, a affirmé dans son point presse à l’Élysée, vendredi 3 juin, qu’il n’était "aujourd’hui pas question de prolonger le régime d’urgence sanitaire" qui doit prendre fin au 31 juillet. Un nouveau texte devrait ainsi être présenté en Conseil des ministres, le 22 juin, pour simplement "pouvoir rester vigilants à l’endroit de la remontée possible du Covid-19", a-t-elle précisé. 

Par ailleurs, la couverture vaccinale de la France devrait permettre à l’Hexagone de mieux absorber cette potentielle nouvelle vague, avec plus de 80% des citoyens qui ont reçu, au 13 juin, une première dose de vaccin pour atteindre les 54.425.494 personnes vaccinées ayant reçu au moins une dose. 

Enfin, à l’échelle mondiale, l’épidémie de Covid-19 est en net recul. Selon les dernières données du site Worldometer, on compte aujourd’hui 400.000 nouveaux cas par jour contre quatre millions en janvier dernier. Lundi, 744 morts ont été enregistrés en 24 heures sur la planète contre 13.000 en février dernier.


A.B.

Tout
TF1 Info