Paris : un hôpital gériatrique fermé à partir de juin faute de soignants

Kattalin CAUBET, avec AFP
Publié le 10 mai 2022 à 20h14
Photo d'illustration d'un patient marchant avec sa perfusion dans les couloirs du service des urgences de l'hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, en banlieue parisienne, le 16 juillet 2020.
Photo d'illustration d'un patient marchant avec sa perfusion dans les couloirs du service des urgences de l'hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, en banlieue parisienne, le 16 juillet 2020. - Source : JOEL SAGET / AFP

À Paris, l’hôpital gériatrique La Collégiale sera fermé à partir de juin à cause d'un manque de soignants.
Ses malades seront donc transférés dans d’autres établissements de la capitale.

L'hôpital gériatrique La Collégiale, situé au cœur de la capitale, sera fermé à partir de juin sans date de réouverture à ce stade, et ses malades transférés dans d'autres établissements des Hôpitaux de Paris (AP-HP), a-t-on appris mardi de sources syndicales. Pas d'infirmières, pas d'hôpital.

La pénurie chronique de soignants avait déjà conduit la direction de La Collégiale à fermer une unité de soins de longue durée (USLD) de 14 lits l'an dernier, puis une autre de 40 lits fin février en raison d’une pénurie de soignants dans l’hôpital. Cet arrêt partiel va devenir total: les 80 lits restants vont être transférés la semaine du 30 mai au 3 juin, la plupart vers le site voisin de Broca et quelques-uns vers celui de Vaugirard, ont indiqué à l'AFP les responsables locaux de la CGT et FO. La décision doit être officiellement annoncée mercredi lors de deux réunions avec les personnels concernés, puis avec les familles des malades.

"Une solution doit être trouvée rapidement"

Contactée par l'AFP, l'AP-HP explique qu'"une solution doit être trouvée rapidement" car "la période estivale risque d'être particulièrement critique", avec déjà "la moitié des postes infirmiers vacants" en journée et "l'absence de perspectives de recrutements pérennes".

Le "regroupement" envisagé "pour les mois à venir" assurerait "la continuité de la prise en charge" et "garantirait un fonctionnement sécurisé", ajoute l'institution, qui assure que "des travaux seront menés d'ici à la rentrée de septembre" afin d'"étudier les réponses de plus long terme".

Cependant, pour Olivier Dahuron (CGT), "tout laisse penser que l'établissement ne rouvrira pas" après les vacances estivales, car "la direction ne s'est pas engagée sur une réouverture". "On vide l'hôpital, mais on ne sait pas s'il y aura un retour", déplore également Sébastien Frisson (FO).


Kattalin CAUBET, avec AFP

Tout
TF1 Info