Peut-on toujours pratiquer du sport lorsqu’on est enceinte ?

par Sabine BOUCHOUL
Publié le 9 avril 2024 à 12h00

Source : Bonjour !

Le sport n’est pas incompatible avec la grossesse, toutefois, toutes les activités physiques ne peuvent être pratiqués.
L’activité permet de limiter la prise de poids et prévient l’apparition du diabète gestationnel.
La femme enceinte doit tout de même demander conseil à son médecin pour adapter sa pratique.

Vous attendez un enfant, mais vous vous demandez si vous allez devoir abandonner votre pratique sportive ? Rassurez-vous, faire du sport n’est jamais une mauvaise idée, même lorsque l’on est enceinte, parce qu’on le rappelle, la grossesse n’est pas une maladie. La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande même la pratique d’une activité physique modérée entre 150 et 180 minutes par semaine. En revanche, il est vrai que certaines pratiques sont à privilégier et d’autres à proscrire.

Les bienfaits du sport pendant la grossesse

Une grossesse s’accompagne de certaines réjouissances auxquelles on ne peut pas échapper : fatigue, nausées, rétention d’eau et tout cela a pour conséquence de couper l’envie de bouger pour se reposer, même lorsqu’on est sportive. Pourtant, la pratique d’un sport permet de faire du bien à l’organisme. En effet, se mettre en mouvement a un effet bénéfique sur le sommeil et la prise de poids, mais le sport favorise aussi la circulation sanguine, notamment au niveau des muscles intestinaux et stimule la sécrétion d’hormones, comme l’endorphine, communément appelée l’hormone du bonheur. Cela permet de gérer le niveau d’anxiété et apporte une sensation de bien-être. Par ailleurs, continuer à pratiquer du sport est aussi une manière de renforcer ses muscles, particulièrement ceux du dos. Or, pendant la grossesse, il n’est pas rare que cette partie du corps soit mise à rude épreuve.

Quels sports pratiquer quand on est enceinte ?

Sauf contre-indication médicale, il est possible de maintenir la pratique d’un sport durant la grossesse. Il est tout de même conseillé de pratiquer une activité physique douce et courte, et bien entourée. Le pilates, le yoga, la natation, l’aquagym, la marche, le vélo en appartement ou encore la natation sont à privilégier.

Il est possible de courir jusqu’au quatrième mois, en revanche, il faut le faire sur un sol plat et ne pas forcer. On ne cherche surtout pas à se dépasser, mais à se faire du bien. Il est donc important d’être à l’écoute de son corps.

Par ailleurs, l’intensité et la fréquence doivent être réduites à mesure qu’avance la grossesse. Ainsi, les deux premiers mois, la pratique peut être quasi normale, entre le quatrième et le huitième mois, l’activité doit être légère et le dernier mois est consacré au repos.

Enfin, certaines pratiques sportives sont proscrites pendant la durée de la grossesse, c’est le cas des sports collectifs, des sports de combat, des sports couchés au sol, les sports aquatiques, les sports extrêmes ou qui comportent un risque de chute comme l’escalade ou encore l’équitation.

Les signes à surveiller chez une femme enceinte

Le corps et l’organisme se métamorphosent pendant une grossesse. Aussi, les femmes doivent surveiller les positions qu’elles adoptent quand elle pratique. La position allongée sur le dos est prohibée à partir du 6e mois, car elle peut affecter le débit cardiaque. Durant la grossesse, la respiration change et les besoins en oxygène sont plus importants, il est donc important de ne pas trop forcer et éviter les essoufflements.

Si la femme enceinte remarque des saignements vaginaux, des douleurs abdominales, des douleurs du bassin, il est primordial de consulter son médecin et de cesser immédiatement l’activité sportive. De même, au moindre essoufflement anormal, douleur dans la poitrine, malaise ou vertiges, perte de liquide amniotique, la femme doit consulter le plus tôt possible.


Sabine BOUCHOUL

Tout
TF1 Info