Un homme de 57 ans est mort le 27 juillet dans l'Eure après avoir été piqué par un frelon asiatique.
Voici les risques qu'entraine une piqûre, et les précautions à prendre.

Un ouvrier de 57 ans est mort le 27 juillet d’un arrêt cardiorespiratoire sur son lieu de travail, après avoir été piqué par un frelon asiatique. Pourtant, l’homme ne présentait pas de problème de santé particulier, selon Paris-Normandie. Quels sont les risques que l’on encourt lors d’une piqûre de frelon asiatique ?

Une espèce envahissante en France

Le frelon asiatique a été signalé pour la première fois en France dans le département du Lot-et-Garonne, en 2004. Depuis, sa "présence sur le territoire s’étend un peu plus chaque année", d’après l’Agence régionale de Santé (ARS) Val-de-Loire. Pour pouvoir agir en cas de piqûre , il faut déjà pouvoir reconnaitre un frelon asiatique et le différencier de son cousin européen. Selon le Muséum d’histoire naturelle, il s’agit de "la seule guêpe sociale en Europe à posséder une livrée aussi foncée : les adultes sont brun-noir et apparaissent, de loin, comme des taches sombres sur le nid" (plus de détails dans notre article).

En principe, se faire piquer par un frelon asiatique n’est pas plus dangereux que de se faire piquer par une guêpe ou une abeille. "Le venin du frelon asiatique n'a rien de particulièrement toxique", souligne la Protection civile et gestion des risques de la Haute-Vienne. "Les piqûres causent généralement une simple réaction locale (enflure, démangeaison) qui n'est pas dangereuse sauf en cas de piqûres à certains endroits du corps comme les yeux ou de piqûres multiples", peut-on lire sur le site de la préfecture. Des endroits du corps sont donc plus sensibles que d’autres, comme le visage. 

Le danger des allergies au venin

Une piqûre de frelon asiatique présente surtout un risque pour la santé en cas d’allergie aux piqûres d’hyménoptères (frelon, guêpe, abeille...). Dans ce cas, cela "peut entrainer l'obstruction des voies aériennes supérieures et/ou de fortes réactions allergiques et/ou de forte réaction en cas de piqûres multiples". Et dans de très rares cas, le décès. En 2015, Santé publique France (SPF) faisait le recensement des morts directement liées aux piqûres de frelons asiatiques sur le territoire. 

Quatre décès, deux en 2011 et deux en 2012, étaient provoqués par "un choc anaphylactique", c’est-à-dire par une réaction allergique grave. "Trois des patients avaient des antécédents connus d'allergie aux venins d'hyménoptères : elles auraient donc pu développer des complications suite à une piqûre par un hyménoptère autre qu'un frelon asiatique." Cela reste à ce jour le cas de figure le plus dangereux pour la santé.

En cas de piqûre, l’ARS Val-de-Loire préconise de "retirer rapidement le dard avec l’ongle ou avec une carte souple (type carte de crédit) ; en cas de piqûre à la main, enlever les bagues pour ne pas gêner la circulation du sang (gonflement), nettoyer à l’eau et au savon, puis désinfecter" et "en cas de douleur intense, prendre un antidouleur par voie orale". 


C.Q

Tout
TF1 Info