La nature nous offre une multitude de plantes pour soigner ou soulager les bobos du quotidien et les infections.
Si les plantes peuvent faire passer un rhume ou une cystite, elles ne remplacent en aucun cas les traitements dans le cas de maladies graves.
Voici les plantes qui soignent à garder sous la main.

Les antibiotiques naturels sont des substances dérivées de sources naturelles. Laure Martinat, médecin anesthésiste et naturophathe, interrogée par Doctissimo précise : "Un antibiotique naturel est naturellement présent dans des substances naturelles telles que les huiles essentielles par exemple." On a tendance à l’oublier, mais la nature nous a offert une véritable pharmacie : les herbes et les plantes possèdent de nombreuses propriétés curatives pour soulager les maux les plus fréquents. De nombreuses études attestent, en effet, les pouvoirs anti-inflammatoires ou antibactériens de certaines plantes et substances naturelles. Toutefois, on le rappelle, en cas de symptômes graves, elles ne remplacent pas les médicaments traditionnels. Quels sont les meilleurs "antibiotiques naturels", capables de lutter contre les petites infections du quotidien ? 

L’ail pour les infections pulmonaires

C’est sans doute la plante antibactérienne la plus accessible qui soit. L’ail contient une molécule appelée "allicine" réputée pour ses propriétés antiseptiques, antifongiques et antivirales. C’est un excellent désinfectant en cas de toux grasse et peut venir à bout de certaines pathologies pulmonaires telles que la bronchite et il soutient la flore intestinale et notre microbiote. Il est possible de le consommer cru et haché pendant les repas ou en gélule. Si vous n’êtes pas un grand fan de l’ail, vous pouvez adoucir son goût en le laissant macérer dans du miel. 

La canneberge pour les infections urinaires

La petite baie rouge est reconnue pour traiter, mais aussi prévenir les infections urinaires telles que les cystites. La cranberry possède de la proanthocyanidine et de la vitamine C qui empêche les bactéries de s’accrocher aux parois urinaires (urètre et vessie). Pour prévenir les infections à répétition, il est recommandé de boire 200 à 250 ml par jour, à condition que ce soit du jus pur et bio. En revanche, il y a quelques précautions à prendre. Il est déconseillé de consommer de la canneberge en cas de calculs urinaires. Par ailleurs, un surdosage peut causer des troubles digestifs et des crampes. 

Le thym pour les troubles intestinaux et respiratoires

Cette herbe aromatique contient du thymol, du carvacrol et des flavonoïdes. Ces principes actifs sont réputés pour dégager les voies respiratoires, apaiser la toux, lutter contre les ballonnements et aider à la digestion. Le VIDAL précise, par ailleurs, que "l’huile essentielle de thym et le thymol ont une action antiseptique sur des germes comme Helicobacter pylori (responsable des ulcères duodénaux) ou les champignons microscopiques responsables des mycoses". Le thym peut être consommé en infusion, il est aussi recommandé de verser quelques gouttes dans un bol d’eau chaude pour les inhalations afin de dégager les voies respiratoires. 

Le curcuma pour les douleurs articulaires

La curcumine que contient cette plante possède des propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires. Très utilisé dans la médecine ayurvédique, la médecine traditionnelle indienne, le curcuma est considéré comme un précieux allié pour soulager les douleurs articulaires grâce à ses vertus analgésiques. Il aide notamment à lutter contre les douleurs liées aux rhumatismes. C’est aussi un ami pour soulager les maux de gorge, les troubles digestifs ou encore les inflammations au niveau de la sphère ORL.

Echinacée pour renforcer son immunité

Autrefois, les Amérindiens consommaient les échinacées pour soulager les infections des voies respiratoires et les morsures de serpent. Aujourd’hui, plusieurs études ont prouvé les effets de cette plante sur les infections respiratoires, mais aussi sur les troubles des voies urinaires (en traitement d’appoint). L’échinacée peut être utilisé en infusion, en décoction, en gélule ou capsule et en jus frais. Attention, cette plante est déconseillée pour les personnes souffrant de pathologie systémique.


Sabine BOUCHOUL pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info