Avec le mois de mai, les pollens de graminées sont montés en puissance partout en France.
Si les averses de pluie ont modéré leur impact pour les personnes allergiques, elles ne devraient offrir qu'un répit temporaire.
L'eau va permettre la croissance des graminées, favorisant par conséquent le risque allergique.

Un double effet contre-intuitif. Alors que les pollens de graminées sont montés en puissance partout en France dès le début du mois de mai, avec un risque allergique situé à un niveau moyen à élevé selon les territoires, les averses de pluies de ces derniers jours pourraient jouer un rôle sur leur propagation, comme le souligne le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) sur son site.

Les pluies "favoriseront aussi le développement des graminées"

En effet, les orages violents et les pluies qui s'abattent en ce moment sur une partie de la France offrent un répit aux allergiques en plaquant les pollens au sol et en nettoyant l'atmosphère de potentielles graminées. Ce repos ne devrait être que temporaire, puisque les pluies "favoriseront aussi la croissance et le développement des graminées", qui dès que le soleil sera de retour, libéreront davantage de pollens.

Résultat : on peut s'attendre à des concentrations de pollens d'autant plus élevées, nourris par les dernières averses. Par ailleurs, le retour à un temps ensoleillé, venteux et des températures douces faciliteront aussi l’émission et la dispersion de graminées dans l’air. Le 15 mai, le RNSA soulignait ainsi que si les concentrations de pollens de graminées étaient stables ces derniers jours, le risque d'allergie devrait rapidement passer au niveau élevé. Actuellement, tout le sud du pays est concerné par cette alerte. 

Ce risque est d'autant plus élevé que les graminées, dont les pollens ont un potentiel allergisant fort, sont des herbacés très communs, poussant le long des routes, des champs, voir sur les ronds-points. Pouvant provoquer de nombreux

symptômes oculaires, nasaux, et même respiratoires, il est conseillé aux allergiques de suivre les traitements prescrits par leurs médecins et allergologues. D'autant que la saison des graminées est encore longue, la fin n'étant prévue que fin juillet.


A. Lo.

Tout
TF1 Info