Covid-19 : la France face à la 7e vague

Pour éviter la pénurie de paracétamol, l'Agence du médicament en livrera moins aux pharmacies

Aurélie Loek
Publié le 12 juillet 2022 à 19h22
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Les difficultés d'approvisionnement du paracétamol pourraient durer tout l'été.
Pour éviter les ruptures de stock, l'Agence du médicament a décidé de restreindre les quantités livrées aux pharmacies.
La situation devrait revenir à la normale d'ici la fin de la période estivale.

L'Agence du médicament a décidé de prendre les devants. Confrontée à des difficultés d'approvisionnement de paracétamol qui devraient durer tout l'été, l'ANSM a pris des mesures pour éviter les ruptures de stock. "À ce jour, il existe des retards d'approvisionnement des formes orales et des suppositoires de paracétamol", explique l'agence.

L'approvisionnement des hôpitaux assuré

Face à cette situation, notamment provoquée par le rebond épidémique, l'autorité de santé a annoncé qu'elle allait restreindre les quantités livrées aux pharmacies. Par ailleurs, l'autorité de santé s'est assurée de "répartir équitablement les approvisionnements sur l'ensemble du territoire et de préserver les stocks disponibles dans le temps". L'exportation de ces médicaments par les grossistes est en plus interdite. 

Ces mesures vont permettre que "l'ensemble des patients puissent avoir accès au médicament", a souligné à l'AFP Mélanie Cachet, directrice adjointe de la direction de l'inspection de l'ANSM. Dans le même temps, l'agence précise que l'approvisionnement des hôpitaux en paracétamol (sous toutes ses formes) est assuré.

Aux pharmaciens d'officine, l'Agence recommande par ailleurs de limiter les commandes de paracétamol, de privilégier la dispensation sur ordonnance et de réguler la vente, dans la mesure du possible, selon les besoins des patients. Ces derniers sont, eux, invités à ne demander du paracétamol à leur médecin ou pharmacien qu'en cas de "besoin immédiat".

Lire aussi

Ces tensions sur le paracétamol s'expliquent par des difficultés de production, auxquelles s'ajoute une augmentation des consommations dans le contexte de 7e vague du Covid. Selon l'agence du médicament, "d'après les données disponibles à ce stade, la situation devrait revenir à la normale à l'issue de la période estivale". Lors de la première vague du Covid en mars 2020, une telle situation était advenue, obligeant à l'application de mesures similaires pour préserver les stocks.


Aurélie Loek

Tout
TF1 Info