Les températures glaciales augmentent le risque de crise cardiaque

Publié le 17 décembre 2022 à 15h44, mis à jour le 17 décembre 2022 à 16h06

Source : JT 13h Semaine

Ce samedi matin, les températures sont parfois négatives et la France grelotte.
Or le risque de décès pour cause cardiovasculaire augmente avec le froid.
C’est qu’affirme une récente étude de l’université américaine d’Harvard.

Les températures chutent, protégez votre coeur ! On le savait, le froid affecte l’organisme, en particulier les artères et le cœur, ce qui augmente le risque de décès chez les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires. Une équipe de chercheurs de l’université américaine d’Harvard le confirme aujourd'hui, chiffres à l'appui, dans une étude repérée par nos confrères du site Futura-Science et publiée le 12 décembre dernier dans la revue médicale Circulation.

Les scientifiques d'Harvard se sont appuyés sur les registres d’avis de décès de 567 villes, dans 27 pays différents, entre 1979 et 2009, soit un échantillon de 32 millions de personnes. En parallèle, ils ont recensé les températures enregistrées par les stations météorologiques sur la même période dans toutes ces villes. Les analyses ont porté uniquement sur les décès imputables à des maladies du cœur (cardiopathie, accident vasculaire cérébral, insuffisance cardiaque, arythmie).

En recoupant les données, grâce à des modèles mathématiques, les scientifiques ont constaté que les décès ayant pour cause une maladie du cœur survenaient davantage lors des épisodes de forte chaleur ou de grand froid. Ainsi, pour 1000 décès ayant pour cause un problème cardiovasculaire, les chercheurs en ont recensé neuf supplémentaires les jours où la température était glaciale. La majorité souffraient d’insuffisance cardiaque, précisent les auteurs de l’étude, sans pour autant l’expliquer.

Comment protéger son coeur ?

La Fédération française de Cardiologie (FFC) délivre sur son site internet des conseils pour aider chacun à protéger son cœur pendant l’hiver :

 • Se couvrir chaudement, en particulier les extrémités et la tête, notamment pour les hommes chauves, qui présentent un risque accru d’accident cardiaque, pour éviter les phénomènes vasoconstricteurs.

 • Éviter les efforts brutaux dans le froid sans échauffement préalable pour s’y acclimater, comme faire du sport en extérieur ou déneiger sa voiture.

 • Limiter ses activités en cas de pic de pollution associé à des températures froides, car les microparticules et le monoxyde d’azote augmentent le risque d’infarctus.

 • Être attentif au moindre symptôme : sensation d’oppression dans la poitrine, palpitation, essoufflement ou douleur thoracique à l’effort, vertiges, et consulter sans tarder.

La FFC rappelle, en outre, que l’association froid-stress-tabac constitue un cocktail explosif. "Faites très attention, la conjonction des trois circonstances multiplie très fortement votre risque d’infarctus du myocarde. Le stress entraine une augmentation de la fréquence cardiaque. Le froid contracte l’artère coronaire. Le tabac accélère également le cœur, tout en intensifiant encore le rétrécissement de l’artère", souligne l'organisme, appelant chacun à faire preuve de prudence. 


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info