Risque maximal d'allergie aux pollens : le masque est-il un bon allié ?

Idèr Nabili
Publié le 26 mai 2022 à 16h39
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'arrivée des beaux jours est marquée par le retour du pollen à haute intensité dans la quasi-totalité du pays.
Pour se protéger, plusieurs allergologues recommandent de porter un masque.

Depuis quelques semaines, la France a tombé le masque partout, à l'exception des services de soins. Une délivrance pour la population, permise grâce aux bons indicateurs sur le front du Covid-19, chaque jour de plus en plus favorables. Les Français peuvent donc profiter du retour des beaux jours à visage découvert. Ou presque. Car le pollen vient perturber la vie d'une partie d'entre nous.

D'après le Réseau national de surveillance aérobiologique, tous les départements du pays, hormis les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, sont classés en alerte maximale pour les allergies aux pollens pour le pont de l'Ascension. Face aux graminées dans l'air, ressortir le masque du placard peut-il être efficace ? "Oui", répond à TF1info l'allergologue Madiha Ellaffi. "C'est ce que nous a permis de découvrir la pandémie."

Pourtant, le port du masque ne fait pas partie des conseils habituellement délivrés aux personnes sensibles au pollen. "Nous leur préconisons de se couvrir les cheveux, de les attacher, de mettre une casquette, des lunettes de soleil, de ne pas mettre leurs draps à sécher dehors", ou encore de "prendre les traitements médicaux en cas de symptômes", liste l'allergologue. "Mais jusqu'à présent, hormis pour tondre le gazon, nous ne proposions pas aux patients de sortir masqués. Or, pendant la pandémie, des patients nous ont expliqué qu'ils étaient beaucoup moins gênés par leur allergie lorsqu'ils portaient le masque."

"Les symptômes sont directement proportionnels à la quantité de pollen inhalé"

Cet objet, utilisé quotidiennement par les Français depuis deux ans, permet de filtrer une partie des particules, détaille auprès de TF1info Madeleine Epstein, allergologue. "Par définition, ce qui va sur masque n'entre pas dans le nez", déclare-t-elle. "Cela ne signifie pas que toutes les particules vont être filtrées et empêchées d'entrer dans les voies respiratoires, mais pénètreront moins. Or, les symptômes sont directement proportionnels à la quantité de pollen inhalé : moins vous en respirez, moins vous aurez de symptômes."

Toutefois, le masque ne peut pas empêcher la survenue de l'allergie à lui seul. "Comme pour le Covid-19, il s'agit d'une arme parmi d'autres", rappelle le Dr Ellaffi. "Il y a des personnes pour qui porter un masque suffit" à empêcher les symptômes de se développer, abonde le Dr Epstein. "D'autres, très sensibles, réagiront même aux petites quantités." "Mais il s'agit d'un bon compromis entre le fait de rester calfeutré chez soi et sortir en étant très gêné par les symptômes", conclut Madiha Ellaffi.


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info