Le nombre de cas de rougeole en Europe continue d'exploser, avertit l'OMS ce mardi, selon qui le seuil déjà très élevé de 2023 pourrait être dépassé.
L'organisation appelle "tous les pays à prendre des mesures immédiates" et insiste sur l'importance de la vaccination.
Souvent bénigne, la maladie peut toutefois entraîner de graves complications respiratoires et neurologiques.

"J'exhorte tous les pays à prendre des mesures immédiates." Le directeur Europe de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a alerté mardi sur l'inquiétante propagation de la rougeole en Europe, dont le nombre de cas pourrait dépasser les niveaux déjà très élevés de 2023.

Dans le détail, selon les chiffres de l'organisation, 56.634 cas de rougeole et quatre décès ont été enregistrés dans 45 des 53 pays membres de la région Europe de l'OMS - qui s'étend jusqu'en Asie centrale - au cours des trois premiers mois de 2024. C'est à peine 5000 de moins que sur l'ensemble de l'année précédente, lors de laquelle 61.070 cas et 13 décès avaient été rapportés à travers 41 pays. C'est aussi 60 fois plus qu'en 2022 quand seuls 941 cas de rougeole avaient été rapportés.

"Empêcher le virus de s'implanter dans toute communauté"

Le Kazakhstan, l'Azerbaïdjan et la Russie sont les pays les plus touchés avec respectivement plus de 36.000, 28.000 et 18.000 cas entre avril 2023 et mars 2024. Avec 1008 cas, le Royaume-Uni est, devant l'Autriche (456 cas) le pays d'Europe occidentale où la résurgence de la maladie, considérée comme éliminée en 2021, est la plus patente.

"Même un seul cas de rougeole devrait constituer un appel urgent à l'action", a encouragé ans un communiqué le directeur Europe de l'OMS, Hans Kluge, enjoignant tous les pays à agir "même lorsque la couverture vaccinale globale est élevée, afin de vacciner les personnes vulnérables, de combler les déficits d'immunité et d'empêcher ainsi le virus de s'implanter dans toute communauté".

Maladie virale très contagieuse, la rougeole est souvent bénigne, mais peut entraîner de graves complications respiratoires et neurologiques. Elle touche surtout des enfants, mais pas uniquement. En 2023, près de la moitié des cas concernaient des enfants de moins de cinq ans. 

"Cela reflète l'accumulation des enfants qui n'ont pas reçu les vaccinations de routine contre la rougeole et d'autres maladies évitables par la vaccination pendant la pandémie", souligne l'OMS, déplorant la présence de cas dans 27 des 33 pays membres où le virus avait été éliminé.


La rédaction de TF1info avec AFP

Tout
TF1 Info