Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Royaume-Uni : le métier d'infirmier plébiscité depuis l'arrivée du Covid-19

I.N.
Publié le 20 janvier 2022 à 8h31
JT Perso

Source : TF1 Info

SANITAIRE - Au Royaume-Uni, la pandémie de Covid-19 a suscité des vocations. Selon un rapport, le nombre de demandes pour suivre des études d'infirmiers a bondi depuis l'arrivée du virus.

La pandémie de Covid-19, qui chamboule les hôpitaux du monde entier depuis deux ans, aurait pu repousser la jeunesse des emplois dans les services médicaux, submergés. Au Royaume-Uni, c'est pourtant tout le contraire qui s'est produit. Selon un rapport publié ce jeudi par le service d'admission des universités et des collèges anglais (Ucas), les demandes d'apprentissages de soins infirmiers ont atteint un niveau record depuis l'apparition du virus. Elles ont même augmenté de 38% depuis 2019 pour les jeunes de 18 à 21 ans.

"Les deux dernières années, difficiles, ont mis en lumière la valeur de notre profession", a réagi auprès du Guardian Ruth May, infirmière en chef du NHS England, les services de santé britanniques. "Davantage de nos jeunes souhaitent entrer dans la profession infirmière, c'est l'un des héritages positifs du travail de nos incroyables travailleurs de la santé", a estimé de son côté Clare Marchant, directrice générale de l'Ucas. "C'est encourageant."

Un métier essentiellement féminin

Selon le rapport, c'est bien l'apparition du virus qui est à l'origine de ces nouvelles vocations. 69% des candidats ont ainsi admis que la pandémie a été un facteur de motivation pour eux. Il s'agit même de l'élément le plus déterminant de leur décision pour 10% d'entre eux.

Le nombre de demandes pour devenir infirmier avait pourtant chuté ces dernières années, notamment après la suppression du financement des bourses pour les nouveaux étudiants en 2016. Selon le Guardian, les soins infirmiers figurent désormais en cinquième position des matières les plus étudiées dans l'enseignement supérieur. Mais des disparités persistent, les femmes étant neuf fois plus demandeuses que les hommes pour exercer cette profession médicale.


I.N.

Tout
TF1 Info