Salmonelles dans des Kinder : les symptômes à surveiller, les gestes à adopter

Charlotte Anglade
Publié le 5 avril 2022 à 12h20, mis à jour le 5 avril 2022 à 16h36
JT Perso

Source : JT 20h WE

Coup dur pour Kinder à moins de deux semaines de Pâques : plusieurs lots de ses chocolats fabriqués en Belgique sont suspectés d'être à l'origine d'une épidémie de salmonellose.
Des centaines de tonnes de chocolats ont été rappelées.
Si vous pensez en avoir consommé, TF1info vous éclaire sur les symptômes de la maladie et sur son origine.

À moins de quinze jours de Pâques, des centaines de tonnes de chocolats Kinder sont rappelés en France par Ferrero. Fabriqués en Belgique, les lots concernés sont suspectés d'être porteurs de salmonelles, a annoncé le groupe, lundi 4 avril. Quand plusieurs pays européens ont rapporté des cas de salmonelloses, les autorités sanitaires françaises disent avoir recensé la survenue de 21 cas. "Huit d’entre eux ont été hospitalisés et sont tous rentrés à domicile. L’âge médian des cas est de 4 ans", indique dans un communiqué le ministère de la Santé.

Si vous pensez avoir déjà consommé les chocolats en questions, listés dans ce précédent article, TF1info vous en dit plus sur la salmonellose et sur les symptômes qui doivent vous inquiéter.

Fièvre, diarrhée, vomissements et douleurs abdominales

Les salmonelloses sont des maladies provoquées par des bactéries du genre Salmonella. Elles se manifestent par une gastro-entérite, parfois aigüe. Fièvre, diarrhée, vomissements et douleurs abdominales sont les principaux symptômes de l’infection. "La durée d’incubation est généralement de 1 à 2 jours et dépend de la dose de bactéries ingérées, de la santé de l’hôte et des caractéristiques de la souche de Salmonella", informe sur son site l'institut Pasteur. L'infection se résout généralement spontanément en 3 à 5 jours en moyenne. 

Une infection par les salmonelles peut cependant être grave, voire mortelle chez certaines personnes fragiles, comme les nourrissons ou les personnes au système immunitaire affaibli. Les personnes atteintes de malnutrition, sous traitement contre l’acidité gastrique ou sous antibiothérapie à large spectre sont également à risque. Chez ces individus, une antibiothérapie peut être prescrite.

Les salmonelles, première cause de maladies d'origine alimentaire en France

Les salmonelles sont des bactéries principalement présentes chez l'animal. Elles peuvent évoluer dans le tube digestif des mammifères (porcs, bovins) et des oiseaux (volailles domestiques) sans que ceux-ci ne montrent de symptômes. Se retrouvant ensuite dans les matières fécales des animaux, elles peuvent contaminer les pâturages, les sols et l’eau et y survivre pendant plusieurs mois. "L’environnement et l’eau non traitée peuvent donc également représenter une source de contamination", souligne sur son site l'Agence nationale de la sécurité alimentaire (Anses).

La contamination de l'Homme se fait à 95% via des aliments crus contaminés, mais aussi par contact avec des animaux infectés (y compris les animaux de compagnie) ou humains porteurs sains. "Les aliments les plus fréquemment impliqués sont les œufs et les produits à base d’œufs crus ou ayant subi un traitement thermique insuffisant, les produits laitiers (lait cru ou faiblement thermisé ou recontaminé lors de la production de lait en poudre), ainsi que les viandes peu cuites (bovins, porcs et volailles). Cependant, les cas décrits dans la littérature font état de nombreux autres aliments (végétaux crus, coquillages, etc.)", détaille l'Anses.

"Les infections par des bactéries du genre Salmonella représentent la deuxième cause de maladies d’origine alimentaire en Europe" (91.857 cas confirmés en 2018, soit un taux de 20,1 cas/100 00 habitants) et la première en France, indique l'Anses. Souvent, les salmonelloses d’origine alimentaire peuvent donner lieu à des foyers très importants. En France, une des plus importantes épidémies, dont la source n’a pu être identifiée, survenue fin 1985, aurait touché 25.000 personnes d’après l’estimation la plus faible. Fin 2017, du lait en poudre contaminé, fabriqué à l'usine de Craon (Mayenne) pour le compte de Lactalis, avait rendu malades 53 enfants.

Lire aussi

Quelques gestes pour se prémunir des infections

Si, dans le cas des Kinder, aucune précaution de la part des consommateurs n'aurait pu être prise pour éviter une contamination, des gestes simples permettent en revanche de limiter la transmission de personne à personne (en particulier au sein des foyers avec de jeunes enfants). Il est ainsi recommandé de bien se laver les mains à l'eau et au savon après être allés aux toilettes, après avoir changé son enfant, et avant de faire la cuisine.

Pour ce qui est des autres aliments, et notamment les aliments crus (œufs, viandes, légumes, par exemple), l'Anses conseille  là encore de bien se laver les mains et de nettoyer soigneusement le plan de travail ayant servi à leur préparation.

La bonne cuisson des aliments, en particulier des viandes de porc et de volaille, ainsi que les viandes hachées, constitue également une bonne protection. "Pour le steak haché congelé ou surgelé, la cuisson doit être effectuée sans décongélation préalable car elle augmente le risque de multiplication bactérienne. Le froid bloque le développement des bactéries, mais ne les tue pas", insiste l'institut Pasteur.

Si vous envisagez une recette à base d’œufs sans cuisson (mayonnaise, crèmes, mousse au chocolat, pâtisseries, etc.), la préparation doit être faite le plus proche possible du moment de leur consommation. En cas de stockage, il est nécessaire de les maintenir au froid, puis de les consommer dans les 24 heures.


Charlotte Anglade

Tout
TF1 Info