Bronchiolite : près de 20.000 bébés vont finalement recevoir leur traitement commandé en pharmacie

par A. LG
Publié le 27 novembre 2023 à 15h46

Source : JT 20h WE

Du fait d'un engouement mal anticipé, la livraison de Beyfortus, le traitement préventif contre la bronchiolite, a été interrompue fin septembre dans les officines françaises.
La France a depuis obtenu des doses supplémentaires.
Environ 19.000 commandes passées mi-septembre en pharmacie vont donc pouvoir être délivrées.

Deux mois et demi. C'est le délai durant lequel des familles ayant commandé du Beyfortus mi-septembre auront du patienter pour se le voir délivrer. Victime de son succès, le traitement préventif contre la bronchiolite destiné aux nouveau-nés, est pour rappel introuvable dans les officines de l'Hexagone depuis fin septembre, soit deux semaines à peine après son lancement de la campagne. Mais la France a obtenu des doses supplémentaires qui seront prochainement livrées, a récemment indiqué le ministre de la Santé Aurélien Rousseau dans une interview à Libération.

En conséquence, environ 19.000 parents de nouveau-nés qui avaient commandé leur dose en septembre en pharmacie vont prochainement la recevoir. 

Le stock des maternité épuisé à son tour ?

Dans le détail, la commande française initiale concernait 200.000 doses pour cet hiver de lancement du Beyfortus, dont une large majorité de doses à 50 mg réservées aux maternités (145.000 doses) pour les nouveau-nés de moins de cinq kilos, cible principale de cette campagne du fait de leur vulnérabilité face aux formes graves de bronchiolite. Cette commande publique prévoyait également 55.000 doses à 100 mg destinées aux bébés de plusieurs semaines pesant plus de cinq kilos, délivrables en pharmacie. Ce sont donc ces dernières qui ont été rapidement épuisées en ville. Pour éviter le même scénario dans les maternités, où l'engouement des parents pour cette injection qui protège toute la saison est indéniable, le ministère avait dû revoir l'organisation de la campagne, en réservant le plus faible dosage (50 mg) aux nouveaux nés les plus à risque de faire une forme grave de la maladie, comme les plus petits ou ceux vivant dans un contexte de précarité.

Malgré ces critères, l'état des stocks des maternités laissait supposer une pénurie imminente. Le stock disponible aurait été épuisé début décembre car "la demande des parents est très élevée, de l'ordre de 70 % ou 80 % ", a précisé Sanofi auprès des Échos.

Les pharmacies livrées début décembre

C'est dans ce contexte que le ministère de la Santé a pu débloquer un complément de commande de 30.000 doses à 50 mg pour les nouveaux nés, permettant de poursuivre les traitements jusqu'à fin décembre, et un complément de 20.000 doses à 100 mg, qui va permettre d'honorer les commandes en pharmacie laissées en suspens mi-septembre. "Nous solderons les commandes déjà passées par les pharmacies avant que le système ne soit fermé", précise encore le laboratoire, soulignant bien qu'"aucune commande supplémentaire ne sera possible".

Sur le plan logistique, les pharmacies devaient bientôt être informées de l'arrivée de ces stocks. "Nous communiquerons directement avec elles, par e-mail et par téléphone, pour savoir si elles confirment les commandes passées et validées par nous en septembre, auxquels cas, nous les livrerons d'ici début décembre", a encore expliqué Sanofi.


A. LG

Tout
TF1 Info