Santé mentale : trois habitudes finlandaises à suivre pour être heureux

par Marjorie RAYNAUD pour TF1 INFO
Publié le 2 décembre 2023 à 20h00

Source : JT 20h WE

La Finlande est classée comme le pays le plus heureux au monde pour la sixième année consécutive.
Les Finlandais chouchoutent leur santé mentale et fuient la pression imposée par la société.
Pour connaître le bonheur, il faut d’abord changer son état d’esprit.

Pour la sixième année consécutive, le World Happiness Report a fait de la Finlande le pays le plus heureux au monde. Comment expliquer un tel classement, année après année ? Les 5,56 millions d'habitants du territoire nordique tombent-ils moins malades ? Connaissent-ils moins le deuil, la pression sociale et sociétale, la pauvreté, les crimes ? La liste des situations et des événements douloureux est longue, et aucun être humain ou pays de ce monde n’en est épargné. Les Finlandais sont heureux, car ils aspirent à l’être. Et pour passer de l’objectif à la réalité, ils cultivent leur santé mentale, voici comment.

Créer une relation unique avec la nature

D’après une étude finlandaise publiée dans la revue Occupational & Environmental Medecine, notre état de santé s’améliore au contact de la nature. Comme le relate le rapport, les sujets étudiés habitués des espaces naturels ont 33 % de chance en moins d’être traités pour leur santé mentale. Il n’est donc pas étonnant que les Finlandais cherchent à passer du temps en extérieur, que ce soit dans un parc, en forêt, à la mer ou simplement dans leur jardin le temps de quelques minutes par jour. En prenant le temps de contempler la singularité des paysages, on se rend compte qu’on est finalement petit face à la grandeur du monde qui nous entoure, mais également que la beauté se trouve dans chaque détail. C’est aussi un moment où l’on se déconnecte de ses tracas pour se reconnecter avec soi.

Se satisfaire de ce que l’on a

L’autre habitude du peuple finlandais dont tout le monde devrait s’inspirer est le fait de valoriser l’équilibre. Nous sommes souvent dans une course effrénée au “toujours plus”, mais obtenir le dernier sac en vogue, la promotion que toute l’équipe vise ou bien le concours de décorations de Noël entre voisins vous rend-il véritablement heureux ? Bien que l’égo soit flatté sur le moment, une fois la dose d’endorphines passée, que reste-t-il de cette euphorie provisoire ? Les Finlandais ont appris à se contenter de ce qu’ils ont, tant que cela répond à leurs besoins principaux. Si on le décide, “assez” peut devenir “tout”, tout est une question d’état d’esprit.

Consommer peu, mais mieux

Que ce soit un achat, une décision ou bien une parole, tout a le monde a déjà été confronté à une action compulsive. Ne pas pouvoir résister à ses pulsions peut relever d’un mal-être plus profond : on cherche à combler un manque, apaiser une douleur. Avec la même philosophie de se satisfaire de ce que l’on a, les Finlandais ne sont pas dans la surconsommation. Ils préfèrent concevoir leurs propres objets, ceux qui ont de la valeur ou une signification à leurs yeux, et les disposer dans un intérieur dans lequel ils se sentent bien. S’ils déboursent une somme d’argent conséquente pour un produit, c’est pour sa portée, et non pour l’image qu’il renvoie auprès des autres. L’idée est d’accorder plus d’importance à ce que l’on achète afin d’être en phase avec ses choix.


Marjorie RAYNAUD pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info