Viande avariée : le groupe Castel Viandes devant la justice pour tromperie

A.B. avec AFP
Publié le 4 mai 2022 à 21h07

Source : JT 20h WE

La société Castel Viandes et trois de ses dirigeants doivent comparaître jeudi devant le tribunal correctionnel de Nantes pour tromperie.
Ils sont soupçonnés d'avoir délibérément vendu de la viande avariée entre 2010 et 2013.
À l'époque, l'entreprise fournissait notamment Auchan, Système U, Lustucru ou Flunch.

L'affaire avait fait grand bruit en 2013, après les accusations portées par un ex-salarié de la société Castel Viandes, licencié cinq ans plus tôt. L'entreprise et trois de ses dirigeants doivent comparaître jeudi devant le tribunal correctionnel de Nantes pour tromperies. Ils sont soupçonnés d'avoir délibérément vendu de la viande avariée entre 2010 et 2013. 

À l'époque, une information judiciaire avait été ouverte alors qu'un ancien responsable qualité de Castel Viandes, Pierre Hinard, avait affirmé que l'abattoir recyclait des viandes issues d'invendus de supermarchés, pratique illégale appelée "remballe" dans le métier. 

"Affabulations" ?

Le groupe basé à Châteaubriant (Loire-Atlantique), son PDG, Joseph Viol, ainsi que deux cadres, Michelle Perron et Denis Leclerc, sont poursuivis pour "tromperie sur la qualité d'une marchandise", "mise sur le marché de produits d'origine animale préjudiciables à la santé" et "entrave" à des contrôles sanitaires. L'avocat de Castel Viandes et de son PDG, Me Benoît Chabert, "conteste l'ensemble des préventions" et plaidera la relaxe. 

"M. Hinard a été licencié en 2008. S'il avait vraiment su que des consommateurs étaient en danger, pourquoi aurait-il attendu autant de temps pour parler, au risque de laisser des gens tomber malade ? Il utilise l’intérêt général pour défendre un intérêt personnel", a affirmé Me Chabert à l'AFP. 

L'avocat de Denis Leclerc dénonce quant à lui les "affabulations" d'un "individu qui s'est dit lanceur d'alerte, mais voulait simplement se venger de son licenciement". Au moment des faits, la société fournissait notamment la grande distribution (Auchan, Système U), les traiteurs industriels (Lustucru, William Saurin) et la restauration rapide (Flunch, McDonald's).

Flunch partie civile

Les sociétés McKey, fournisseur de McDonald's en steaks hachés, et Flunch, qui avaient suspendu leur approvisionnement, se sont portées parties civiles au procès. C'est également le cas de la société de défense des consommateurs, l'UFC-Que choisir qui, par le biais de son avocat, dénonce la "désinvolture" du groupe "vis-à-vis des questions sanitaires à l'époque des faits" et se dit "choqué" par la "diversité des pratiques de contournement". 

Les accusations de Pierre Hinard avaient conduit la Direction générale de l'alimentation (DGAL) à procéder à six mois de "contrôles renforcés" entre mars et septembre 2013. L'agrément sanitaire de Castel Viandes n'avait pas été levé. 


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info