Le don de sang est désormais ouvert aux homosexuels sans aucune condition.
La question de l'orientation sexuelle ne sera plus évoquée.
Un nouveau critère va être ajouté au questionnaire de don.

Annoncé en janvier dernier par le gouvernement, c’est enfin officiel. Ce mercredi 16 mars, la France met fin à une discrimination importante envers certains donneurs de sang. Désormais, tous les homosexuels pourront donner sans condition. "Dès aujourd’hui, tous les Français, quelles que soient leurs orientations sexuelles, peuvent donner leur sang", a annoncé Olivier Véran ce matin, dans un message publié sur Twitter. 

Plus aucune référence à l’orientation sexuelle ne sera mentionnée lors d’un don du sang. "Ni dans le questionnaire ni lors de l’entretien préalable réalisé par un médecin ou un(e) infirmièr(e)", a indiqué l’Établissement français du sang (EFS) sur son site.  

Un nouveau critère ajouté au questionnaire

Cependant, un nouveau critère sera dès à présent ajouté au questionnaire précédant le don. Chaque donneur devra déclarer s’il prend un traitement, ou non, pour la prophylaxie pré ou post-exposition au VIH. Dans ce cas, le don du sang sera reporté de quatre mois. 

D’autres questions viseront également à détecter de possibles comportements individuels à risque (sexualité avec plusieurs partenaires, sous drogues, etc). "Ce sont des questions auxquelles les donneurs sont déjà habitués", a précisé Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. En effet, chaque don du sang est vérifié avec minutie, pour éviter tout risque de propagation de maladie.

Plusieurs pays ont déjà fait évoluer leurs conditions d’accès au don du sang avant la France. C’est le cas notamment de l’Espagne, l’Italie, Israël ou encore l’Angleterre, plus récemment. 


Melinda CORREIA

Tout
TF1 Info