Verif'

"Je suis vivante !" : depuis trois ans, une infirmière américaine fait face à des antivax qui la croient morte

Publié le 24 novembre 2023 à 16h55

Source : Sujet TF1 Info

Fin 2020, l'infirmière américaine Tiffany Dover faisait partie des premiers soignants à se faire vacciner, sous l'œil des caméras.
Dans les minutes qui suivaient l'injection, la jeune femme s'est évanouie, suscitant l'émoi dans la communauté antivax.
Le début d'un long harcèlement et d'une série de publications mensongères en ligne, spéculant sur son décès.

Aux yeux de nombreux militants antivax, Tiffany Dover est devenue un symbole. L'incarnation d'une prétendue nocivité des vaccinations contre le Covid-19. Lorsque cette infirmière américaine a reçu une dose du vaccin Pfizer, le 17 décembre 2020, elle s'est évanouie quelques instants plus tard. Une scène retransmise par une télévision locale du Tennessee et qui va causer bien du tort à cette soignante : depuis trois ans, des internautes ne cessent de spéculer sur son décès et d'échafauder des théories du complot autour de cet épisode. Malgré une prise de parole à la télévision outre-Atlantique et le fait qu'elle soit en parfaite santé, ces messages trompeurs continuent aujourd'hui d'être relayés.

Une infirmière qui s'évanouissait fréquemment

En première durant l'épidémie de Covid, Tiffany Dover travaillait à l'époque au CHI Memorial Hospital de Chattanooga, une ville de près de 170.000 habitants dans le Tennessee. "Il y avait des moments où la situation semblait désespérée", a-t-elle témoigné auprès de la chaîne NBC News. "C’est presque comme si nous étions une unité de soins palliatifs. Mort après mort, après mort..." Lorsque les premiers vaccins ont été livrés aux personnels de son service, la jeune femme aujourd'hui âgée de 32 ans s'est réjouie. Elle a alors volontiers tendu son bras pour recevoir une première injection Pfizer. 

La scène a été filmée par la caméra d'une télévision locale, une effervescence habituelle à l'époque, alors que les premiers vaccins étaient tout juste injectés. Nous sommes alors à la mi-journée, Tiffany Dover n'a pas eu le temps de déjeuner et s'est contentée de piocher un sushi dans l'assiette d'une collègue. Quelques minutes seulement après la piqûre, alors qu'elle s'exprime au micro d'un journaliste, la soignante est prise de vertiges et glisse un bref "Je suis désolée", avant de s'évanouir.

Dans les jours qui ont suivi, les mouvements antivax ont déjà largement relayé cette séquence, bien au-delà des frontières américaines. Trois ans plus tard, des publications sur les réseaux sociaux continuent de l'instrumentaliser et de prétendre que l'infirmière est décédée à cause du vaccin : "Tiffany Dover est morte en direct à la télévision. La nécrologie a été publiée six mois plus tard. Il s'agit de crimes contre l'humanité. La justice prévaudra", peut-on par exemple lire ces derniers jours sur X, en français dans le texte.

Restée silencieuse durant plus de deux ans, la soignante a finalement choisi de répondre aux médias au printemps 2023. Elle explique avoir subi un harcèlement intense, faisant face à un flot de commentaires sur ses réseaux sociaux tandis que l'hôpital qui l'employait se trouvait submergé d'appels. Un déferlement d'autant plus surprenant que l'infirmière avait expliqué aller "beaucoup mieux" quelques minutes seulement après son évanouissement. En livrant ce témoignage, elle a expliqué être fréquemment sujette aux évanouissements, en ayant subi pas moins de six au cours des deux mois ayant précédé l'injection du vaccin. Insuffisant, semble-t-il, pour faire cesser les spéculations qui allaient se multiplier en ligne.

Une communication de crise ratée

Avec le recul, Tiffany Dover confie regretter de n'avoir pas pris la parole plus tôt. Elle explique avoir suivi les consignes de son employeur, qui lui a demandé de ne pas s'exprimer. Dans les jours qui ont suivi l'évanouissement, l'établissement a tourné une vidéo censée faire taire les rumeurs, mais sur laquelle la soignante apparaît masquée aux côtés de plusieurs de ses collègues. Une séquence sur laquelle l'Américaine n'est que peu reconnaissable, avec une coiffure différente de celle qui était la sienne au moment de sa vaccination. 

Les théories du complot, suite à cela, se sont multipliées. Une autre membre de son service est même devenue une victime collatérale dans cette affaire. Des internautes ont assuré que l'hôpital avait remplacé la jeune femme par un sosie. En cherchant à identifier la "fausse Tiffany", sa collègue Amber Honea a ainsi été visée. Si les deux femmes étaient amies et se ressemblaient beaucoup, elles n'étaient évidemment pas la même personne.

NBC, qui a été le premier média auprès duquel Tiffany Dover a témoigné de son harcèlement, raconte qu'au-delà des militants anti-vaccins, l'infirmière "a attiré l’attention de membres du mouvement QAnon, qui l'ont accusée d’être impliquée dans un réseau pédophile". L'intéressée a également craint pour sa sécurité lorsqu'en 2022, un militant anti-vaccins surnommé "Vaccine Police", s'est rendu à son domicile, alors qu'elle était en train de garder son neveu de trois mois. Il a fallu un coup de fil à la police pour que l'homme quitte les lieux, non sans avoir réalisé une vidéo depuis l'extérieur du domicile de la trentenaire. 

Après avoir quitté l'hôpital où elle travaillait jusque-là, l'Américaine a tenté de laisser derrière elle cette histoire. Mais cela n'a rien de facile, la moindre vidéo suspecte impliquant une vaccination contribuant à relancer des spéculations la concernant sur les réseaux sociaux. Surtout, la soignante se désole d'être mise en avant pour justifier une opposition aux vaccins. Si "des gens utilisent mon nom et mon histoire pour dire : 'Ne vous faites pas vacciner', combien de personnes n'ont pas reçu une protection à cause de moi ? C'est dur", confie-t-elle.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur X : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Tout
TF1 Info