Traitement du cancer : l'efficacité de l'aspirine au centre d'une nouvelle étude

Publié le 7 décembre 2023 à 18h51

Source : JT 13h WE

De récents travaux s'intéressent aux effets inattendus de l'acide acétylsalicylique dans le traitement du cancer.
Le bénéfice potentiel résulterait de la capacité du médicament à cibler des mécanismes clés de la maladie.

L'aspirine comme traitement complémentaire du cancer ? C'est en tout cas l'hypothèse défendue par une nouvelle étude, ou plus exactement une méta-analyse, consacrée aux effets aussi inattendus qu'insoupçonnés de l'acide acétylsalicylique et publiée dans le British Journal of Cancer. Réalisée par des chercheurs du Welsh Aspirin Group de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni), elle conclut qu'intégrer ce médicament anti-inflammatoire peu couteux et très populaire pourrait être bénéfique pour les malades. 

Avec cette étude, "il a été démontré que l'utilisation d'aspirine à faible dose dans le traitement du cancer conduit à une réduction probable de la propagation du cancer métastatique et à la réduction des complications vasculaires liées aux caillots sanguins", explique dans un communiqué le professeur Peter Elwood. Et de poursuivre : "Nous pensons que l'utilisation de l'aspirine comme traitement supplémentaire du cancer est pleinement justifiée. Comme l'aspirine est peu coûteuse et facilement disponible dans presque tous les pays, sa promotion pourrait avoir des avantages pour tous les patients soupçonnés d'avoir un cancer."

Des bénéfices "démontrés depuis 1968"

Pour arriver à ces résultats, l’équipe de chercheurs a analysé les résultats de 118 études d'observation basées sur environ un million de patients atteints de divers cancers. Verdict : la prise quotidienne d’une faible dose d’aspirine, entre 75 et 81 mg/jour, s'est révélée associée à une réduction de 20% du nombre de décès dus à la maladie. Comment ? En ciblant "un certain nombre de mécanismes biologiques clés du cancer."

À noter que, selon leurs observations, plus tôt l’aspirine est intégrée au traitement après un diagnostic de cancer, "plus le bénéfice du médicament est grand", souligne encore Peter Elwood précisant que "les bénéfices de l'aspirine dans le traitement du cancer ont été démontrés depuis 1968". 

Si de précédents travaux sur la question avaient en effet déjà abouti à des effets bénéfiques de l'aspirine sur l'évolution du cancer, cette analyse globale réalisée à partir de plusieurs recherches existantes sur le sujet permet de confirmer ce potentiel.

Ce n'est d'ailleurs pas la seule maladie contre laquelle le comprimé s'avérerait vertueux. En 1974, Peter Elwood avait ainsi déjà participé à des recherches tendant à démontrer que la prise quotidienne d'un comprimé par jour réduirait d'environ 24% le nombre de décès dus aux maladies cardiaques et aux accidents vasculaires cérébraux.

C'est précisément parce qu'elle permet de fluidifier le sang que l'aspirine est, pour rappel, un médicament à prendre avec précaution et à éviter lorsqu'on est en bonne santé pour éviter tout risque d'hémorragie gastro-intestinale. Il est notamment déconseillé aux femmes lorsqu'elles ont leurs règles. À noter toutefois que s'agissant des malades du cancer, les chercheurs ont estimé, dans le cadre de cette méta-analyse, que le bénéfice-risque en faveur de l'aspirine est positif. Ces derniers n'ont en effet trouvé "aucune preuve valable d'un saignement mortel imputable à l'aspirine", et ont confirmé "la sécurité relative" du médicament dans ce cas précis. 


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info