Covid, bronchiolite, grippe : une triple épidémie inédite

Triple épidémie : 12 associations de malades réclament le retour du masque obligatoire

A.B.
Publié le 8 décembre 2022 à 8h28
JT Perso

Source : Le JT

Dans une tribune publiée ce jeudi, plusieurs associations de malades demandent au gouvernement le retour du masque obligatoire.
Notamment dans les lieux de grande promiscuité.
Elles s'inquiètent pour les plus fragiles et le système hospitalier face à la triple épidémie qui frappe la France.

Covid-19, grippe et bronchiolite... c'est l'inquiétant cocktail auquel la France doit faire face en ce début d'hiver. Une triple épidémie qui surcharge les hôpitaux et touche particulièrement les personnes les plus vulnérables. Face à cette situation, douze associations de malades ont publié, ce jeudi 8 décembre, une tribune dans Le Parisien pour demander au gouvernement de réimposer le masque obligatoire dans les transports, les pharmacies ou encore les magasins bondés en ce mois de décembre en vue des fêtes de fin d'années.

Pour ces associations, parmi lesquelles l'ADMD, l'AFH, Aider à Aider, Alliance du coeur ou encore Patients en réseau, le masque "est parfois pénible à porter et certes ça fait de la buée sur les lunettes... Mais aujourd'hui, cet outil dont l'utilité est démontrée, doit contribuer à faire baisser la pression sur les établissements de santé et les professionnels qui existent". Un masque "qui doit aussi contribuer à la protection solidaire des plus vulnérables, en leur permettant d'échapper aux risques de contracter le virus, et parfois d'en mourir", écrivent les participants à la tribune.

"Échec cuisant"

Déplorant que les appels du gouvernement et des autorités sanitaires comme le Comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires (Covars) à porter le masque n'aient "qu'une efficacité très limitée", les 12 associations estiment que cette "situation n'est plus tenable". "Face à sa gravité et à ses enjeux, nos associations appellent à ce [que le masque] redevienne obligatoire dans les lieux de grande promiscuité", écrit le collectif dans la tribune du Parisien.

ANDAR, EllyE, Fédération Claire, FFAAIR, Les Séroportes, Renaloo ou encore RoseUp lancent également un appel à la vaccination à la fois contre le Covid et la grippe. Une campagne 2022/2023 qui a pris du retard en France et peine à mobiliser. "La vaccination contre la grippe et le Covid est une stratégie de première importance. Mais le bât blesse puisque, de l'aveu même du ministre de la Santé, les niveaux de vaccination sont très insuffisants. Les campagnes de vaccination Covid et grippe de cet automne sont un échec cuisant", dénoncent les associations qui estiment que "même si nous parvenions à inverser la vapeur (...) il semble désormais trop tard pour que la vaccination puisse à elle seule contenir une situation qui se dégrade de jour en jour"

Lire aussi

D'où cet appel au port du masque dans les lieux publics face à un contexte qui "fait courir un immense risque aux plus fragiles, aux nourrissons, aux séniors, aux immunodéprimés. Mais il expose aussi notre hôpital, qui se trouve déjà dans une situation hautement critique, ainsi que tous les patients qui y sont ou y seront soignés, quelle qu'en soit la raison, à une possible submersion, dans les toutes prochaines semaines". 

L'épidémie de grippe a de nouveau fortement progressé sur une semaine, selon les derniers chiffres de Santé publique France et neuf régions de la métropole sont désormais en alerte rouge. Elle intervient alors que celle de bronchiolite qui touche les enfants n'a toujours pas atteint son pic et que la neuvième vague de Covid progresse en France. D'où cet appel de douze associations de malades : "Protégeons hôpital. Protégeons les patients. Protégeons les soignants. Protégeons les plus vulnérables d’entre nous. Protégeons-nous les uns les autres".


A.B.

Tout
TF1 Info