Trois ans du confinement : le Covid long, "la bombe à retardement" de la pandémie

Publié le 16 mars 2023 à 18h27, mis à jour le 17 mars 2023 à 10h15

Source : TF1 Info

Il y a trois ans, Emmanuel Macron mettait la France à l'arrêt et appelait toute la population à rester chez elle.
Une menace planait sur la France : celle du Covid-19 et de ses hospitalisations à outrance.
Trois ans plus tard, les effets à long terme de l'infection demeurent "un problème de santé publique", explique le Pr Antoine Flahault à TF1info.

Emmanuel Macron parlait d'une "guerre" contre le Covid-19, certains scientifiques évoquent désormais une "bombe à retardement". Près de trois ans jour pour jour après le début du premier confinement, des associations organisaient mercredi la journée internationale de sensibilisation au Covid long. Un moyen de mettre la lumière sur les conséquences oubliées de la pandémie, qui touchent pourtant de très nombreux malades.

Difficile, d'ailleurs, de résumer le Covid long en quelques lignes. "Une expression de douleurs ou de symptômes invalidants", s'essaie le Pr Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de Genève (Suisse), auprès de TF1info. Quelques semaines après avoir contracté le virus - quatre à douze -, et alors que les patients se croient totalement guéris, "10 à 20% d'entre eux sont atteints de Covid long", explique-t-il. Un chiffre similaire à celui récemment avancé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui estimait à 17 millions le nombre d'Européens touchés par cette maladie, soit 16% des contaminés sur le continent.

Diabètes et troubles cardiaques

Ses manifestations sont variées : fatigue, fièvre, santé mentale, troubles pulmonaires, neurologiques... "On se souvient bien de ceux qui avaient perdu le goût et l'odorat pendant plusieurs mois", rappelle le Pr Flahault. Et elles ne concernent pas forcément les personnes fragiles, pas plus que celles ayant subi une hospitalisation. "Le Covid long survient généralement après une infection modérée, pas du tout après des symptômes sévères", poursuit l'épidémiologiste.

Il peut durer plusieurs semaines, mois, voire toute une année. Une étude a montré qu'au bout d'un an, l'essentiel des symptômes n'étaient plus que de lointains (et mauvais) souvenirs. "C'est plutôt rassurant, même si nous savons aussi que des personnes se plaignent de symptômes bien au-delà d'un an, par exemple après un Covid acquis dès la première vague", il y a trois ans, avertit le Pr Flahault.

Lui cite aussi d'autres maladies, difficilement reliables au Covid, mais tout aussi importantes, comme des diabètes, une insuffisance rénale ou des troubles cardiaques, qui apparaîtraient quelques semaines après un test positif. Tout symptôme peut en effet être "qualifié de Covid long dès lors qu'il y a eu une infection Covid au préalable, mais aussi lorsqu'il n'y a aucune autre explication donnée". Un flou entoure donc toujours cette maladie, aux multiples zones d'ombre. Même après trois ans de pandémie, "nous sommes encore au début de la compréhension de ce qu'est le Covid long", indique Antoine Flahault. "De nombreuses inconnues persistent."

Vers un traitement universel ? "Il faut miser sur tous nos efforts de recherche"

En premier lieu, savoir si, oui ou non, vous êtes concernés par un Covid long n'est pas évident. "Pour l'infection Covid, une prise de sang ou un test PCR vous permettent de dire si vous êtes infectés ou non. Or, il n'y a pas de test biologique, aujourd'hui, pour le Covid long", insiste le Pr Flahault. "C'est simplement un faisceau d'argument qui va tendre à poser un diagnostic et ensuite essayer de le prendre en charge."

De nombreux Français ressentent probablement "une fatigue accrue ou des douleurs musculo-squelettiques, sans qu'ils fassent directement le lien avec l'épisode de Covid". Ce qui sous-estimerait le nombre de personnes concernées.

Autre difficulté dans le Covid long : la prise en charge, tant les symptômes et la durée varient. "C'est un problème de santé publique", continue le spécialiste. "Des athlètes ne peuvent plus concourir dans leur discipline sportive, des adultes ne peuvent plus aller au travail, des enfants ne peuvent plus aller à l'école... Ces invalidités sont d'une grande gravité."

Et ne se soignent pas toujours. "Il est difficile de trouver le traitement universel contre le Covid long, il y a tellement de symptômes", conclut le Pr Flahault. "Mais il faut miser sur tous nos efforts de recherche." Sinon ? "Certains scientifiques parlent de bombe à retardement du Covid." Rien que ça. 


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info