Entre 2018 et 2022, la santé mentale des adolescents s'est "nettement dégradée", avec un écart garçons-filles déjà observé qui se creuse davantage, selon une nouvelle étude mise en ligne mardi 9 avril.
Une grande part des jeunes sondés présente un risque de dépression et déclare un sentiment de solitude, des difficultés au quotidien ou des pensées suicidaires.

Impression de solitude, risque de dépression, pensées suicidaires… La santé mentale des adolescents est moins bonne chez les lycéens que chez les collégiens, selon une étude publiée, mardi 9 avril, par Santé publique France (SpF). Elle démontre qu'ils ont connu "une nette dégradation" de leur santé mentale entre 2018 et 2022. "Cette dégradation est plus marquée chez les jeunes filles et creuse l'écart garçons-filles déjà observé auparavant", peut-on lire.

Conduite par l'École des hautes études en santé publique (EHESP) et l'Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT), en partenariat avec les services de l'Éducation nationale, cette grande enquête nationale, baptisée EnCLASS, a permis de recueillir des données auprès de 9337 élèves du secondaire en 2022.

Selon l'agence nationale, les résultats sont "contrastés". Si la grande majorité des élèves de collège et de lycée interrogés expriment une satisfaction vis-à-vis de leur vie actuelle (respectivement 82% et 77%) et se perçoivent en bonne santé (86% et 84%), seule la moitié présentent un bon niveau de bien-être mental (59% chez les collégiens et 51% chez les lycéens), selon les critères retenus par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

31% des adolescentes ont déjà eu des pensées suicidaires

Autre constat : la santé mentale se dégrade au cours du secondaire. Environ un quart des élèves sondés dit avoir éprouvé un sentiment de solitude au cours des 12 derniers mois (27% chez les lycéens contre 21% chez les collégiens). Plus de la moitié des interrogés (51% au collège et 58% au lycée) se plaignent régulièrement d'une difficulté à s'endormir, de nervosité, d'irritabilité ou de mal de dos.

Selon cette étude, 14% des collégiens et 15% des lycéens présentent un risque important de dépression, caractérisé par le fait de manquer d'énergie, de se sentir découragé et d'avoir du mal à réfléchir. Les comportements suicidaires ont également été mesurés, mais uniquement parmi les lycéens. Un quart d'entre eux (24%) a déclaré avoir eu des pensées suicidaires au cours des 12 derniers mois. Les filles sont nettement plus concernées que les garçons (31% contre 17%). Environ un lycéen sur dix a déclaré avoir fait une tentative de suicide au cours de sa jeune vie.

"Les études convergent : la santé mentale des adolescents s'est dégradée, en France comme à l'international. (...) Il est essentiel de poursuivre la mise en œuvre d'actions pour libérer la parole autour du mal-être, informer et orienter les jeunes vers les ressources et aides existantes", conclut la Dr Caroline Semaille, directrice générale de Santé publique France. "Nous nous engageons pleinement pour accompagner les adultes de demain."

Une ligne d'écoute (0 800 235 236) dédiée aux jeunes est accessible 7 jours sur 7 de 9h à 23h (service et appel anonyme et gratuit). Le 3114, numéro national de prévention du suicide est aussi accessible 24h/24 et 7j/7.


Y.R. avec AFP

Tout
TF1 Info