L'info passée au crible

Covid-19 : un vacciné est-il tout aussi contagieux qu’un non-vacciné ?

Caroline Quevrain
Publié le 20 décembre 2021 à 14h22
JT Perso

Source : Le Grand Jury

COVID - Sur LCI, Louis Aliot a exprimé des doutes à l’égard des effets de la vaccination sur la transmission du virus. Selon l’élu RN, une personne qui aurait été vaccinée est contagieuse "au même titre que quelqu’un qui ne l’est pas". Qu'en est-il ?

Au sujet de la vaccination contre le Covid, le Rassemblement national ne discute pas de l’efficacité contre les formes graves et les décès mais s’oppose largement à la vaccination des enfants et au pass sanitaire. En effet, selon ses cadres, les vaccins actuels ne protègent pas des contaminations. "Vous êtes vacciné, mais vous êtes contagieux au même titre que quelqu'un qui ne l'est pas", a argumenté Louis Aliot sur LCI, dans l’émission "Le Grand Jury" de dimanche 19 décembre. Avant d’illustrer ses propos par son propre cas : "J'ai été vacciné et j'ai attrapé le Covid un mois après. Je suis la preuve vivante que cela existe". 

Avec les variants actuels, incontestablement plus contagieux, que sait-on du risque de transmission du virus avec la donne de la vaccination ? La contagiosité est-elle équivalente que l’on soit vacciné ou non ? Des études en vie réelle ont été menées ces derniers mois pour comprendre à quel point les vaccins pouvaient limiter le taux de contamination du variant Delta. Si leur efficacité est moindre que contre les formes graves et les décès, comme l’admet l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), elle n’est pas réduite à néant non plus. 

Le Grand Jury du dimanche 19 décembre 2021 : Louis AliotSource : Le Grand Jury
JT Perso

Selon son directeur général, celle-ci est tombée à 40% avec le variant Delta, contre 60% avec les variants précédents. Un chiffre qui s’approche de celui du Conseil scientifique qui, dans un avis au gouvernement du 6 octobre, s’appuie sur un "scénario de référence" dans lequel "la vaccination réduit le risque d’hospitalisation de 95%, le risque d’infection de 60% et le risque de transmission si une personne vaccinée est infectée de 50%". 

Une étude menée sur le sujet aux Pays-Bas, à partir des cas positifs et des cas contacts recensés dans le pays, est un peu plus optimiste. Selon ses résultats, qui n’ont pas encore été validés par ses pairs (publiés en pré-print), la vaccination réduirait de 63% le risque pour une personne infectée et vaccinée de transmettre la maladie par rapport à une personne non-vaccinée. En comparaison, les chercheurs évaluaient le niveau de protection à 73% pour le variant Alpha (dit anglais).

De 50%... à 30% avec Omicron ?

Mais le variant Omicron, découvert fin novembre en Afrique du Sud, change la donne. D’après les données préliminaires apportées par les scientifiques, celui-ci serait d’une contagiosité inédite depuis le début de la pandémie. Des premières études menées là aussi en vie réelle n’excluent pas l’hypothèse d’un échappement immunitaire. À ce stade, l’OMS "travaille avec des partenaires techniques pour comprendre l’impact potentiel de ce variant sur nos contremesures existantes, y compris les vaccins", d’après un communiqué. Seule certitude de l’organisation ; "les vaccins actuels restent efficaces contre les formes graves de la maladie et les décès".  

Une étude conduite en Afrique du Sud a publié des premiers chiffres sur l’effet du variant sur la population. Menée par Discovery Health, une assurance privée du pays, elle observe que la vaccination protège encore à 70%  contre les formes graves de la maladie mais que l’échappement immunitaire n’est pas un mirage avec Omicron. Ainsi, l’efficacité d’une double dose de vaccin Pfizer contre le risque d'infection serait seulement de 33%. Cela ne dit pas en revanche à combien s'élèverait la protection contre le risque de transmission, qui renvoie au fait d'être contagieux tandis que le premier renvoie au fait d'attraper la maladie.

Lire aussi

Ces résultats méritent d’être précisés par d’autres études en vie réelle. D’autant que ces derniers s’appuient sur une vaccination à deux doses et n’intègrent pas le scénario d’une dose de rappel, qui s’accélère en Europe : seule 26% de la population sud-africaine a été doublement vaccinée, selon Our world in Data. Dans les pages du Monde, le fondateur de BioNTech, qui a développé le vaccin produit par Pfizer, n’a pas exclu que les vaccinés avec une troisième dose puissent quand même transmettre le virus. Sans préciser à quel niveau.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline Quevrain

Tout
TF1 Info