L'info passée au crible

La vaccination rend-elle notre système immunitaire moins efficace à long terme ?

Publié le 16 décembre 2021 à 16h45
La vaccination rend-elle notre système immunitaire moins efficace à long terme ?

Source : BERTRAND GUAY / AFP

LES VÉRIFICATEURS AVEC L'INSERM – Si le vaccin doit permettre de se protéger contre les formes graves du Covid-19, certaines personnes s'inquiètent de leur effet sur notre système immunitaire. Nous répondons à leurs craintes avec Sandrine Sarrazin, chargée de recherche au centre d'immunologie de Marseille-Luminy.

Soucieuse de lutter au quotidien contre les fausses informations, l'équipe des Vérificateurs a noué un partenariat avec l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Objectif : interroger les chercheurs les plus aguerris et répondre aux questions que se posent les internautes sur le coronavirus et la vaccination.

Dans cet épisode, nous traitons d'une question envoyée à l'adresse mail dédiée lesverificateurs@tf1.fr. Deux internautes, François et Jonathan, s'interrogent sur l'impact du vaccin contre le Covid-19 sur notre système immunitaire, s’inquiétant qu'il devienne "moins efficace" sur le long-terme. Qu'en est-il réellement ?

Aucune étude ne montre cet effet avec un vaccin

D'entrée de jeu, Sandrine Sarrazin est catégorique. Chargée de recherche de l'Inserm au centre d'immunologie de Marseille-Luminy, elle note qu'à travers l'ensemble de la littérature scientifique, "il n'a jamais été démontré qu'il existait un effet négatif de la vaccination sur le système immunitaire". Mais alors quid de ce que certains internautes appellent le "VAIDS" ? Ce prétendu "syndrome d'immunodéficience" lié à la vaccination est tout simplement "une invention", assure la chercheuse auprès de LCI.fr. Diffusé dans certains cercles anti-vaccin français, on en retrouve uniquement la trace sur le blog "America's Frontline Doctors". Une "association" créée avec l'arrivée du Covid-19 par un médecin de Los Angeles, arrêté lors de l’attaque du 6 janvier contre le Capitole des États-Unis, et qui n'a cessé d'alimenter - voire créer - des thèses complotistes à propos de l'épidémie.  

Mis à part cette association, aucune étude publiée n'évoque ce syndrome. Il "n'existe pas" dans la littérature scientifique, corrobore Sandrine Sarrazin. Selon la chargée de recherche, il s'agit d'une fausse information dont le seul objectif est de "faire référence au Sida" afin de suggérer que la vaccination pourrait induire des effets proches de cette maladie qui détruit les cellules du système immunitaire. Une analyse qui va dans le sens de celle de ses confrères outre-Atlantique. Interrogé par l'agence Associated Press, Grant McFadden, directeur du centre pour l'immunothérapie, les vaccins et la virothérapie de l’Université d'Arizona, a confirmé que ce syndrome n'apparaît dans aucun travail scientifique sérieux.

Si ce syndrome est une invention créée de toute pièce à "but malveillant", pour reprendre les mots de Sandrine Sarrazin, d'autres s'interrogent sur l'impact de la technologie à ARN messager en particulier. L'internaute qui nous a interpellés évoquant un "message envoyé au système immunitaire", il s'inquiète que ce dernier devienne "moins efficace contre toute sorte de maladie". Une crainte qui s'appuie sur une mauvaise compréhension du fonctionnement de ce vaccin. "On n'envoie pas un message à nos cellules immunitaires, mais à celles de notre corps", nous rappelle la chercheuse de l'Inserm. En l'occurrence, ici, les cellules du muscle du bras. Un message qui doit leur permettre de "fabriquer la protéine de spicule afin que le système immunitaire puisse la reconnaitre dans l'avenir".  

VIDÉO 3D - Découvrez comment l'ARN messager pourrait soigner le cancer et bien d'autres maladiesSource : JT 20h WE

Pour rendre intelligible cette action, notre interlocutrice utilise une comparaison particulièrement exhaustive. "Imaginons que le virus soit une voiture et qu'il soit capable de donner son plan de fabrication à nos cellules. Celles-ci construisent alors les roues, la carrosserie, le volant, le rétroviseur, etc. Le système immunitaire est capable de repérer que ce que la cellule fabrique n'est pas normal et vient donc lutter contre la voiture". Le vaccin contre le Covid-19 quant à lui, imite ce fonctionnement, mais il envoie dans son message "uniquement le plan de fabrication du rétroviseur", ici la protéine Spike. "Ainsi, le système immunitaire déclenche sa réponse, et est paré à lutter contre le prochain rétroviseur qu'il verra, même s'il est installé sur une voiture." Comme pour tous les vaccins, le vaccin à ARN messager, stimule donc le système immunitaire "exactement de la même manière que la stimulation naturelle", résume notre interlocutrice.

Lire aussi

Et doit-on craindre un impact de nombreuses doses ? "On ne connait aucune situation de sur-stimulation du système immunitaire", répond notre interlocutrice. Rien d'étonnant. Sans qu'on s'en rende compte, le corps est "constamment soumis à ces stimulations". "C'est le cas lors de chaque respiration, chaque bouchée, chaque seconde de notre vie", énumère la chercheuse de l'Inserm. Le système immunitaire est en effet perpétuellement en train de se battre contre les pathogènes présents dans l'air, l'eau et l'alimentation. "Le vaccin n'est qu'une stimulation de plus, parmi tant d'autres", conclut Sandrine Sarrazin, un "entrainement". 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia SIDERIS

Tout
TF1 Info