Vaccination : ce que risquent vos enfants si vous refusez de les vacciner

Le service METRONEWS
Publié le 12 janvier 2016 à 20h30
Vaccination : ce que risquent vos enfants si vous refusez de les vacciner

IMMUNITÉ – Certains pensent que les vaccins sont nocifs pour la santé. Mais certains d'entre eux sont obligatoires. La ministre de la Santé a engagé une concertation sur ce caractère, tandis qu'un couple vient d'être condamné pour avoir refusé de vacciner ses enfants. S'ils ne représentent pas des gestes médicaux anodins, ils protègent néanmoins contre des maladies très dangereuses, qu'on a tendance à minimiser.

En France, certains vaccins sont obligatoires. Alors que Marisol Touraine a engagé dès le mardi 12 décembre une concertation sur le caractère obligatoire de la vaccination, et qu'un couple a été condamné ce jeudi à deux mois de prison avec sursis pour avoir refusé de faire vacciner ses enfants contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), c'est l'occasion de faire le point sur ceux qui le sont, ou non.

En matière de vaccins on entend souvent tout et son contraire. Certains considèrent que c'est un passage obligé pour les enfants et d'autres sont opposés à ce geste, quand les plus extrêmes se mettent délibérément hors la loi en refusant de soumettre leur progéniture aux vaccinations obligatoires et à celles fortement conseillées par l'ensemble du corps médical.

Encore une fois, tout le débat réside dans la balance des risques. Concrètement est-ce plus risqué de faire vacciner son enfant ou de prendre le risque de l'exposer à des maladies qui pour certaines peuvent être mortelles ? Sans mauvais jeu de mot, une piqûre de rappel s'impose afin de mieux cerner les maladies contre lesquelles les vaccins sont censés prémunir les petits.

EN SAVOIR + >> Un pédiatre répond à vos questions sur la vaccination

 Le DT-Polio
C'est le vaccin obligatoire que chaque enfant doit avoir fait. Il concerne la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Si ces maladies semblent venir d'un autre âge c'est qu'elles ont nettement reculé notamment grâce aux campagnes de vaccination. Concrètement quels sont les risques si on contracte une telle maladie ?

La diphtérie : La diphtérie est une maladie extrêmement contagieuse. Le symptôme le plus courant est une angine qui peut se compliquer jusqu'aux atteintes cardiaques ou neurologiques et entraîner le décès.

Le tétanos : Issue d'une bactérie présente majoritairement dans les sols, le tétanos se contracte généralement via une plaie. Il crée donc un choc sceptique par l'intermédiaire le sang et peut entraîner, après une période d’incubation de 4 à 21 jours, de manifestations physiques graves qui peuvent conduire à une hospitalisation en service de réanimation et dans les cas les plus sévères au décès. Notons que la maladie n'est pas éradiquée notamment à cause des rappels que les personnes ont tendance à ne pas avoir à jour.

La poliomyélite : C'est une infection virale extrêmement grave. Les premiers symptômes sont souvent de types grippaux (fièvre, fatigue, maux de tête etc...). Dans les cas les plus sévères elle peut mener à la paralysie irréversible, voir à la mort. Ayant mortellement touché de nombreux enfants, des politiques de vaccination à l'échelle mondiale ont été mises en place par l'OMS à la fin des années 1980.

EN SAVOIR + >> Grippe, devez-vous vous faire vacciner (et comment)

 LE R.O.R.
C'est le vaccin que la grande majorité des pédiatres préconise. Non obligatoire il est toutefois fortement recommandé et constitue l'outil médical majeur pour lutter contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Car contrairement à ce que certains pensent ces maladies ne sont pas anodines et peuvent même avoir des conséquences très graves à plus ou moins long terme.

La rougeole : C'est une infection virale très contagieuse. Et qui peut être grave. Ce n'est pas une simple éruption cutanée. Elle s'accompagne d'une forte fièvre et dans certains cas (très rares) peut provoquer pneumonie et autres pathologies respiratoires sévères.

Les oreillons : C'est une maladie le plus souvent bénigne, mais les complications, si elles sont rares, peuvent être lourdes de conséquences. Ainsi, dans certains cas très sérieux, des atteintes de la sphère génitale, survenant après la puberté, peuvent entraîner des problèmes de stérilité. D'autre part, quand une femme enceinte est infectée, il existe un risque d’avortement spontané si la contamination survient durant le premier trimestre de grossesse.

La rubéole : C'est une infection virale qui est le plus souvent sans gravité. Toutefois si elle est contractée chez la femme enceinte elle peut entraîner des décès in utero ou de graves malformations fœtales. C'est pourquoi il est important que les petites filles se fassent vacciner.

EN SAVOIR + >> L'obligation de vaccination des enfants manque de clarté

 Le BCG
C'est le vaccin qu'on utilise en France pour prévenir les cas de tuberculose. Depuis 2007 il n'est plus obligatoire. Là aussi la plupart d'entre nous considèrent que c'est une maladie ancienne et sans gravité. Il n'en est rien.

La tuberculose : C'est une pathologie respiratoire transmissible à partir d'un malade contagieux. Les principaux symptômes sont une forte toux persistante, une fièvre importante et des sueurs nocturnes, des émissions de sang lors de la toux, ainsi qu'une perte de poids. Il faut rester vigilant car la maladie est loin d'être éradiquée en France. Ainsi dans des zones de grande précarité, une recrudescence de la maladie a pu être observée ces dernières années. Grâce aux antibiotiques on peut aujourd'hui guérir la tuberculose mais c'est un traitement long (6 mois) et conséquent.

À LIRE AUSSI
>> Pour les sages, le vaccin obligatoire est conforme à la constitution
>> Tuberculose, une situation préoccupante en Seine-Saint-Denis
>> Un couple jugé pour ne pas avoir fait vacciner ses enfants


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info