Covid-19 : le défi de la vaccination

Vaccination Covid des enfants : les Académies de Médecine et de Science veulent accélérer

C.A.
Publié le 25 janvier 2022 à 19h53
Vaccination Covid des enfants : les Académies de Médecine et de Science veulent accélérer

Source : ANDREJ IVANOV / AFP

L’Académie de Médecine et de l’Académie des Sciences recommandent de "hâter la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans" contre le Covid.
Elles préconisent des séances de vaccination dans les écoles.

Pour éviter l’émergence d’autres variants ou de sous-variants, il faut hâter le pas. Dans un communiqué commun publié ce mardi, l’Académie de Médecine et l’Académie des Sciences recommandent d'accélérer la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans contre le Covid.

"La faible couverture vaccinale des enfants âgés de moins de 11 ans (1,9% entre 5 et 9 ans et 6% des 10-11 ans) expose préférentiellement cette tranche d’âge à un haut niveau de circulation du variant Omicron, très contagieux, notamment parmi les élèves des classes primaires", dont remarquer les deux Académies.

Vacciner dans les écoles

Alors que le rapport bénéfices/risques chez les 5-11 ans est "largement positif au plan individuel", les Académies veulent
voir augmenter l’offre de vaccination, c’est-à-dire le nombre de centres proposant la vaccination pour les enfants. Il existe actuellement 300 centres qui leur sont destinés, contre 1500 pour les adultes. Elles proposent aussi que soient rendues possibles des campagnes de vaccination dans les écoles, comme cela est notamment fait en Espagne depuis début décembre. Dans ce pays, 52% des 5 à 11 ans ont reçu leur première dose de vaccin, contre près de 4% en France. 

"Aller vers" les parents

Enfin, l'Académie de médecine et l'Académie de Sciences demandent à ce que soit réalisé un travail important de sensibilisation des parents qui hésitent encore, notamment via un dispositif d'"aller vers" "les enfants porteurs de comorbidités et non vaccinés". "La rareté des effets indésirables post-vaccinaux doit être mise en balance avec l’existence de formes sévères (PIMS, myocardite, Covid long) dont la fréquence risque d’augmenter avec la recrudescence des cas symptomatiques actuellement observés chez l’enfant", ajoutent-elles. Selon un sondage datant de début janvier, deux tiers des parents sont défavorable à la vaccination de leurs enfants.

La vaccination dans la tranche d’âge 5-11 ans a d’abord été recommandée aux seuls enfants présentant des comorbidités à risque de formes graves, puis à partir du 20 décembre 2021 à tous les enfants, mais sans caractère obligatoire.


C.A.