Sous l'effet d'un anticyclone, les températures ont fortement chuté en France.
Dans une large partie de l'Hexagone, le mercure va peiner à dépasser 0°C dans les prochains jours.
Pour autant, la pratique du sport est loin d'être déconseillée, à condition qu'elle se déroule dans de bonnes conditions, comme l'explique à TF1Info le médecin du sport Olivier Capel.

Alors que les températures dépassaient régulièrement les normes de saison ces dernières semaines, les conditions sont glaciales en cette deuxième semaine de l'année 2024. L'ambiance est plutôt à une soirée plaid-chocolat chaud qu'à des efforts physiques dans un froid piquant. Pourtant, faire du sport dans le froid a aussi du bon, ne serait-ce que pour "maintenir une activité physique qui, on le sait, est bonne pour la santé", plaide Olivier Capel, médecin du sport au Centre Orthopédique Santy (Lyon). "On sait très bien que l'hiver, il y a moins d'ensoleillement. Être sportif permet d'entretenir le bien-être, de garder la pêche, d'avoir le moral, puisque l'on secrète des endorphines", ajoute-t-il. 

Faire du sport en hiver est bon pour l'équilibre hormonal
Olivier Capel

Plus généralement, "il a été prouvé que faire du sport en hiver est bon pour l'équilibre hormonal, le corps sécrétant différentes hormones en luttant contre le froid", rappelle à TF1Info celui qui est aussi médecin de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de rugby. Dans le même ordre d'idée, bouger dans le froid contribue à "brûler davantage de calories qu'en temps normal et à entretenir l'immunité, l'organisme se défendant contre des petits virus lors de l'effort".

Échauffement et équipement adéquat

Pas question, néanmoins, de faire n'importe quoi. Exercer une activité physique dans le froid requiert un "équipement adéquat". "Le principe est simple : il faut avoir plusieurs couches, quitte à en enlever une au fil de la séance. Généralement, le mieux est d'en avoir trois ou quatre (par exemple, une première directement sur la peau, un linge technique, un vêtement coupe-vent)", détaille Olivier Capel. 

Les autres précautions se situent au début et à la fin de l'exercice. "C'est encore plus important de s'échauffer lorsque les températures sont basses, l'adaptation étant beaucoup simple après quelques exercices initiaux", pointe le médecin. "Après, il n'y a pas besoin que ce soit un échauffement digne du Top 14", plaisante-t-il. Ensuite, dès la fin d'une course ou d'un match de tennis, "il faut penser à se recouvrir ou, si on en a la possibilité, à enlever la première couche humide", explique le praticien. À noter que "pour quelqu'un qui n'a pas pratiqué d'activité physique depuis plusieurs mois, il est recommandé de limiter l'effort à 20 ou 30 minutes"

Enfin, une vigilance particulière est de mise concernant certaines pathologies, notamment deux d'entre elles. Avec le froid, les personnes souffrant d'asthme peuvent éprouver des difficultés à respirer (les bronches se rétrécissent et deviennent moins souples). "Des asthmes sont déclenchés à l'effort, mais d'autres le sont par le froid", confirme le médecin du sport. De même, celles qui souffrent de pathologies vasculaires présentent un risque accru de faire une angine de poitrine, voire un infarctus. 


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info