Variole du singe : la crainte d'une nouvelle épidémie

Variole du singe : le vaccin contre la variole classique est-il efficace ?

Idèr Nabili
Publié le 20 mai 2022 à 16h21
JT Perso

Source : TF1 Info

De nombreux pays, dont la France, ont détecté ces derniers jours le virus de la variole du singe sur leur sol.
L'Espagne et les États-Unis comptent sur le vaccin contre la variole pour se protéger.
Est-il vraiment efficace ?

Les vaccins pour lutter contre un virus de retour sur le devant de la scène. Depuis plusieurs jours, de nombreux pays d'Europe et d'Amérique du Nord sont confrontés à la résurgence de la variole du singe. Cette maladie, qui provoque de la fièvre et des éruptions vésiculeuses, se propage par contact direct avec les lésions cutanées ou les muqueuses d'une personne malade, ainsi que par les gouttelettes. Face au risque d'une diffusion plus large, plusieurs pays, comme l'Espagne et les États-Unis, comptent sur le vaccin.

Pourtant, aucun vaccin spécifique n'a été développé contre la variole du singe. Il en existe toutefois contre la variole classique, qui a longtemps provoqué des épidémies chez les humains. Selon l'Organisation mondiale de la santé, il peut permettre d'endiguer une flambée de cas. "Le vaccin contre la variole est probablement en partie efficace contre la variole du singe", explique à TF1info le Dr Benjamin Rossi, médecin infectiologue à l'hôpital Robert Ballanger (Aulnay-sous-Bois). Par le passé, son efficacité a été estimée à 85%.

Les stocks stratégiques utilisés ?

Toutefois, dans leur majorité, les Français ne sont plus vaccinés contre la variole. "Depuis l'éradication de cette maladie en 1977, on ne vaccine plus contre la variole", poursuit l'infectiologue. Selon l'épidémiologiste Éric Feigl-Ding, "la plupart des personnes de moins de 45 ans ne sont pas vaccinées". Et le vaccin n'est plus produit à grande échelle.

En cas de "résurgence de la variole", l'État dispose cependant de stocks stratégiques, précise Benjamin Rossi. Pourraient-ils être utilisés si l'épidémie prend de l'ampleur ? "Je ne vois pas pourquoi nous piocherions dedans pour quelques cas d'une forme de variole pas grave et qui ne circule pas", répond-il. "Nous utiliserions les stocks stratégiques si nous avions un virus qui posait un problème de santé publique, ce qui n'est pas le cas."


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info