Variole du singe : la crainte d'une nouvelle épidémie

Variole du singe : plus de 6000 cas recensés dans le monde, l'Europe de très loin la région la plus touchée

Maëlane Loaëc, avec AFP
Publié le 8 juillet 2022 à 13h31
JT Perso

Source : JT 20h WE

L'agence de l'ONU a alerté dans un bulletin publié jeudi sur la progression de l'épidémie de variole du singe, qui se concentre en Europe.
Par ailleurs, une dizaine de pays ont signalé des cas pour la première fois depuis fin juin.
L'OMS commence aussi à dessiner un profil commun à la majorité des patients.

L'épidémie s'accélère, et en particulier en Europe, qui reste largement son épicentre : 6027 cas de variole du singe ont été signalés dans le monde entre le 1er janvier et le 4 juillet, dont 80% sur notre continent, a révélé jeudi l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Un chiffre en progression rapide, puisque l'agence de l'ONU enregistrait quelque 5300 cas deux jours plus tôt, mardi. Son dernier bulletin épidémiologique fait aussi état de trois décès. 

Les contaminations ont bondi depuis la fin du mois de juin : suite à son précédent point de situation le 27 juin, l'OMS constate dans un communiqué une hausse de 77% des cas, deux nouveaux décès. Le nombre de pays où les infections, mortelles ou non, ont été signalés grimpe à 59, dont des pays européens qui concentrent donc huit cas sur dix (légèrement moins toutefois que lors du point de mardi, qui relevait 85% des infections en Europe). 

L'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne sont les pays les plus touchés au monde, avec plus de 1000 cas chacun. La France comptait 498 cas au 6 juillet, selon les chiffres du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). 

Une maladie qui guérit généralement d'elle-même

Par ailleurs, neuf nouveaux pays ont signalé des cas depuis le 27 juin. "C’est la première fois qu’une transmission locale de la variole du singe est signalée dans des pays nouvellement touchés, sans lien épidémiologique avec des pays ayant déjà signalé la variole du singe en Afrique occidentale ou centrale", s'inquiète l'agence. La variole du singe avait en effet été détectée en mai en dehors des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest où le virus est endémique. Cousine éloignée de la variole, mais considérée comme bien moins dangereuse, cette maladie guérit généralement d'elle-même au bout de deux ou trois semaines.

Lire aussi

Dans ce contexte de flambée épidémique, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'est dit mercredi "préoccupé par l’ampleur et la propagation du virus dans le monde" et a annoncé convoquer un nouveau comité d'urgence prévu au plus tard la semaine du 18 juillet, à qui incombera la mission d'évaluer la gravité de l'épidémie. Le patron de l'agence a aussi souligné que le manque de tests laissait prédire un nombre de cas probablement bien plus important.

Une précédente réunion le 27 juin avait établi que cette crise sanitaire ne relevait pas encore d'"urgence de santé publique de portée internationale", le plus haut degré d'alerte de l'organisation.


Maëlane Loaëc, avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info