Variole du singe : la crainte d'une nouvelle épidémie

Variole du singe : plus de 1000 cas dans les pays où la maladie n'est pas endémique, l'OMS alerte

Y.R.
Publié le 8 juin 2022 à 17h48
JT Perso

Source : JT 20h WE

L'OMS estime "réel" le risque que la variole du singe s'implante dans des pays non endémiques.
Plus de 1000 cas confirmés de "monkeypox" ont désormais été signalés à l'OMS dans 29 de ces pays.
La maladie circulerait sous les radars depuis quelques mois.

L'OMS change de ton sur la variole du singe. Pas plus tard que le 30 mai, l'agence spécialisée des Nations unies assurait "ne pas être préoccupée par une pandémie mondiale". Dix jours plus tard, la flambée des contagions - avec déjà plus de 1000 cas signalés - dans des pays où la maladie n'est pas endémique, c'est-à-dire normalement pas présente, fait craindre à l'organisation onusienne que la variole du singe s'installe. "Le risque est réel", a reconnu, mercredi 8 juin, le patron de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus. "Mais ce scénario peut être évité."

"Plus de 1000 cas confirmés de la variole du singe ont maintenant été signalés à l'OMS dans 29 pays où la maladie n'est pas endémique", a annoncé le directeur général de l'institution, au cours d'une conférence de presse. Il a en conséquence encouragé les pays à augmenter leurs mesures de surveillance sanitaire pour arriver identifier tous les cas et les cas contacts pour contrôler cette flambée et prévenir la contagion". Selon l'OMS, aucun décès n'a pour le moment été signalé dans ces pays, contrairement aux pays endémiques, parmi lesquels figurent le Nigeria et la République démocratique du Congo (RDC).

Depuis quand le virus circule-t-il ?

L'OMS a souligné à plusieurs reprises que "l'apparition soudaine et inattendue" du virus dans les pays non endémiques suggère qu'il circulait depuis un certain temps déjà, mais que sa transmission n'était pas détectée. Elle ne sait toutefois pas depuis combien de temps. "L'OMS est particulièrement préoccupée par les risques que présente ce virus pour les groupes vulnérables, notamment les enfants et les femmes enceintes", a expliqué le dirigeant de l'agence sanitaire internationale, reconduit dans ses fonctions fin mai.

Lire aussi

Au 7 juin, la France recensait 66 cas confirmés d'infection par le virus de la variole du singe, selon un bilan actualisé de Santé publique France (SpF). On en dénombrait 48 en Île-de-France, 8 en Occitanie, 5 en Auvergne-Rhône-Alpes, 2 en Normandie, 1 dans les Hauts-de-France, 1 en Centre-Val de Loire et 1 en Paca. Sur ces 66 personnes, une seule a été hospitalisée, mais ne l'est plus à ce jour. Le précédent bilan, vendredi 3 juin, faisait état de 51 cas confirmés dans l'Hexagone.


Y.R.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info