Variole du singe : la crainte d'une nouvelle épidémie

Variole du singe : une nouvelle technique d'injection d'un vaccin autorisée par l'agence européenne du médicament

La rédaction de TF1info
Publié le 19 août 2022 à 17h19, mis à jour le 19 août 2022 à 17h27
JT Perso

Source : JT 13h WE

L'agence européenne du médicament autorise l'administration du vaccin Imnavex sous la couche supérieure de la peau, et non plus en profondeur.
Cette mesure "temporaire" permettra d'utiliser seulement un cinquième de la dose habituelle pour éviter une éventuelle pénurie.
La technique provoque néanmoins un risque d'irritation de la peau plus élevé.

Il sera bientôt possible d'immuniser plus de personnes contre la variole du singe. L'Agence européenne des médicaments (EMA) a autorisé, ce vendredi 19 août, une nouvelle technique d'injection du vaccin contre la variole du singe, qui permettra d'administrer une plus faible dose du sérum, et prévenir ainsi d'une éventuelle pénurie. 

Concrètement, l'EMA autorise les pays européens à administrer le vaccin Imvanex juste sous la couche supérieure de la peau (en intradermique) et non plus en profondeur (en sous-cutané) comme c'est le cas actuellement, et utiliser ainsi seulement un cinquième de la dose. "Compte tenu de l'approvisionnement actuellement limité en vaccins, cela signifie que davantage de personnes peuvent être vaccinées", explique l'agence sanitaire dans un communiqué.

"Mesure temporaire"

Cette technique qui utilise une dose plus faible de vaccin produit la même immunité avec un niveau équivalent d'anticorps que l'autre méthode, mais le risque d'irritation de la peau est plus élevé, a averti l'organisme de surveillance basé à Amsterdam. Par exemple, les personnes vaccinées en intradermique peuvent voir apparaître une "rougeur plus durable", et un "épaississement ou une décoloration de la peau", égrène l'EMA. 

Lire aussi

"Les autorités nationales peuvent décider, à titre de mesure temporaire, d'utiliser l'Imvanex en injection intradermique à une dose plus faible pour protéger les personnes à risque pendant l'épidémie actuelle de variole du singe, tant que l'approvisionnement en vaccin reste limité", précise encore l'organisme. La commissaire européenne Stella Kyriakides a souligné que cette autorisation était une décision "extrêmement importante, car elle permet de vacciner cinq fois plus de personnes avec les stocks de vaccins dont nous disposons" actuellement. "Cela garantit un meilleur accès à la vaccination pour les personnes à risque et les professionnels de santé", a-t-elle ajouté dans un communiqué.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info