La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Autotests en vente libre : en trouve-t-on facilement en pharmacie ?

Publié le 12 avril 2021 à 17h58, mis à jour le 13 avril 2021 à 11h42
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

RETARD - À partir de ce lundi, les autotests doivent arriver en pharmacie, vendus sans ordonnance au prix de six euros. Pourtant, de nombreuses pharmacies se plaignent de n'avoir pas encore reçu leurs livraisons.

Ils sont autorisés à la vente dès ce lundi. Seulement, dans de nombreuses pharmacies en France, les autotests manquent à l’appel. Si le décret vient d’être publié, 6000 officines attendent désespérément la livraison des cartons d’autotests, comme l’explique Philippe Fouques, pharmacien au Chambon-Feugerolles, dans la Loire : "Hier j'étais de garde, j'ai peut-être eu 30 personnes qui me demandaient des tests. On attend impatiemment les cartons."

Ces autotests ont été validés par les autorités sanitaires et sont mis en boîte par des distributeurs, avant d’être vendus six euros pièce, sans ordonnance. Une manière de permettre de dépister plus fréquemment. Pour ces tests, la marche à suivre est simple : il suffit d’effectuer le prélèvement dans le nez, à trois ou quatre centimètres de profondeur. Un prélèvement moins profond et moins douloureux donc que les tests PCR, avec un résultat obtenu en quinze minutes.

Gratuits pour certaines professions

Si leur prix devrait évoluer et passer à 5,20 euros à la mi-mai, les autotests seront délivrés gratuitement, sur justificatif, aux salariés à domicile intervenant auprès de personnes âgées ou en situation de handicap, tout comme pour les accueillants familiaux, à raison de dix autotests par mois, indique le ministère de la Santé sur son site. Au total, environ 600.000 professionnels bénéficieront de cette prise en charge intégrale par l’Assurance maladie.

Pour plusieurs Français interrogés, cette commercialisation des autotests est une très bonne nouvelle. "C’est une grande avancée, on se demande pourquoi on ne les a pas mis avant", explique un riverain, quand une autre y est favorable pour la reprise du travail notamment. En revanche, d’autres personnes interrogées émettent des réserves concernant ces tests, comme cette jeune femme : "Je n’ai pas confiance pour l’instant. Je préfère le faire dans des laboratoires."

Pourtant, selon le ministère de la Santé et la Haute autorité de Santé, ces autotests sont antigéniques et leur capacité à détecter le virus chez une personne malade, s’élève au minimum à 80%. "Leur 'spécificité', c’est-à-dire la probabilité qu’une personne au test positif soit effectivement porteuse du virus, s’élève à plus de 99%. Ainsi le risque de 'faux positif' est extrêmement réduit (moins de 1%)."


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info