Le WE

Jeûne intermittent : sauter un repas, bonne ou mauvaise idée ?

Léa Tintillier | Reportage TF1 Mathilde Verron, Séverine Fortin, Pauline Lormant
Publié le 10 mai 2022 à 10h25
JT Perso

Source : JT 13h WE

Sauter un repas par jour est souvent présenté comme un régime miracle pour se sentir plus en forme.
Mais cette pratique du jeûne intermittent peut s’avérer dangereuse si certaines règles ne sont pas respectées.

Depuis deux ans, Julie a décidé d’abandonner le petit-déjeuner. Elle dit se sentir beaucoup mieux. "Je trouve que j’ai plus d’énergie et puis je profite beaucoup plus de chaque repas parce que chaque fois, c'est une fête. Il y en a deux par jour donc c'est des moments qui sont soignés, qui sont préparés, que je vais attendre", témoigne-t-elle dans le reportage de TF1 en tête de cet article. 

Cette pratique s’appelle le jeûne intermittent ou séquentiel. Sauter un repas par jour sans se priver pour laisser au corps le temps de se régénérer : la clé du bien-être pour le docteur Frédéric Saldmann, auteur de "La santé devant soi". "Ce jeûne séquentiel laisse au corps le temps de souffler. Digérer ce n’est pas rien, on fait travailler une dizaine d’organes, le foie, les reins, des hormones, des enzymes… C’est comme si dans une vie, on avait un nombre de repas limité à prendre", explique-t-il. 

En 2019, nous avions interrogé des nutritionnistes sur le jeûne séquentiel. Pour Raphaël Gruman, ce régime ne présentait aucun risque tant qu’il n’était suivi que sur quelques jours. "Je le conseille généralement à mes patients sur une période de quatre à cinq jours maximum", disait-elle. En revanche, ce nutritionniste estimait que le petit-déjeuner était important et qu’il valait donc mieux sauter le repas du soir. 

Un régime parfois dangereux

Une méthode pour gagner en énergie, mais surtout pas pour perdre du poids. Pourtant, sur les réseaux sociaux, les adeptes du jeûne, souvent adolescents ou jeunes adultes, vantent les mérites d’un régime miracle. Celui-ci peut en réalité présenter bien des dangers. 

À l’instar de Marlène, qui a tenté un jeûne pour perdre quelques kilos facilement. C’est ce que lui promettaient les dizaines de vidéos qu’elle regardait sur Internet. Mais elle en est devenue malade. "Je me disais ‘là, je mange le déjeuner à 14h sans manger de la journée, c’est déjà pas mal, on va voir si je peux tester 15h, et puis après on va voir si je peux tester 16h, 16h30…’ C’était déjà trop tard. Ce n’était plus un jeûne intermittent, c’était de l’anorexie pure et dure et là, j’étais rentrée dedans", affirme-t-elle. Grâce à un accompagnement psychologique, Marlène a retrouvé un équilibre. 

Lire aussi

Mettre en garde contre ces dérives est devenu le quotidien du docteur Corinne Chicheportiche-Ayache, médecin nutritionniste. Elle voit de plus en plus de patients s’y mettre. Le risque, comme pour tous les régimes, est d’en faire une obsession. "Il s’agit vraiment d’être attentif à ce que ça ne devienne pas quelque chose qui vous envahisse complètement la tête, où vous ne faites que réfléchir, penser, anticiper en permanence ce que vous allez manger, combien vous allez manger et quand vous allez manger", explique-t-elle. Pour commencer un jeûne intermittent, il est recommandé d’être suivi par un médecin dans cette démarche. Ce régime est déconseillé aux personnes âgées ou en mauvaise santé, aux enfants et aux femmes enceintes. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Mathilde Verron, Séverine Fortin, Pauline Lormant

Tout
TF1 Info