Et si c'était bientôt la fin du "summer body" ?

par Sabine BOUCHOUL | Chronique : Benjamin MULLER
Publié le 14 mai 2024 à 10h30

Source : Bonjour !

Chaque année, un peu avant l'été, les Unes des magazines nous invitent à maigrir.
Plusieurs voix s'élèvent pour dénoncer cette culture de la minceur.
Benjamin Muller décrypte ce changement de mentalité amorcé par les réseaux sociaux dans Bonjour ! La Matinale TF1.

L’été arrive à grands pas et avec lui, l’idée de "préparer son summer body". Chaque année, à la même époque, on peut lire sur les Unes des magazines, des conseils pour perdre du poids avant la saison estivale ou encore comment retrouver un corps de rêve. Le culte de la minceur est encore bien présent dans notre société moderne. Mais certaines voix s’élèvent pour dénoncer cette culture du régime et la recherche absolue de la taille 36, voire 34. Benjamin Muller revient sur cette tendance qui prône l’acceptation de soi dans Bonjour ! La Matinale TF1.

Les peoples montent au créneau

On ne présente plus Oprah Winfrey. La présentatrice américaine s'est publiquement excusée après avoir elle-même contribué à la culture de la minceur pendant plus de 25 ans dans ses différents médias. Aujourd’hui, elle dit regretter et souhaite aider les personnes à s’accepter avec ses formes et ses rondeurs. "Je sais que nous avons été critiqués, scrutés, nous avons eu honte et on nous a dit que si nous ne rentrions pas dans un certain standard de taille, nous ne méritions pas d’être acceptés ou même d’être aimés. J’en ai fini avec ça", clame-t-elle dans une émission diffusée sur Youtube… pour une marque de programme minceur dont elle est l'ambassadrice ! En France, des personnalités comme Marilou Berry, Louane ou encore Maïtena Biraben s’insurgent contre ce diktat et prônent l’acceptation du corps. 

Les corps "vrais" s’affichent en grand

Même si des voix s’élèvent pour dénoncer le diktat de la minceur, les magazines continuent de véhiculer ce message et proposent des conseils pour maigrir vite. L’acceptation de soi et de son corps est encore loin. D’ailleurs, un Français sur deux n’aime pas son corps et 95 % des femmes préparent leur "summer body". Les hommes s’y mettent de plus en plus, signe que le culte de la minceur ne touche pas uniquement le genre féminin. 

Néanmoins, les choses changent doucement. D’une part, les médecins expliquent que les régimes rapides ne fonctionnent pas. Au contraire, ils font plus de mal que de bien à nos corps, puisque lorsque l’on perd cinq kilos en mois, on les reprend le mois d’après, voire plus. C’est le tristement célèbre effet yo-yo. D’autre part, la publicité et le mode commencent lentement à changer et n’hésitent plus à afficher des corps "vrais" de la vie de tous les jours dans leur campagne. Des grandes marques font ainsi poser des femmes avec une taille standard et des formes.

L’importance des réseaux sociaux

Instagram, TikTok et les autres plateformes ont beau être critiqués, elles contribuent pourtant énormément au "body positivism". De plus en plus de comptes montrent, là aussi, des corps "vrais", non retouchés, pour montrer que la taille 34 n’est pas la norme et que l’on peut très bien se porter avec une taille 46. L’influenceuse Mélanie Colas explique : "J’ai moi-même enchaîné des tonnes de régimes depuis mon adolescence et ils ont systématiquement conduit à des échecs. Aujourd’hui, j’ai à cœur de montrer aux femmes qui ont des rondeurs, qui ne se sentent pas bien dans leur peau, que même si on est ronde, on peut être jolie, on peut être belle. Tous les retours que j’ai au quotidien me confortent dans ce que je partage. Finalement, ça fait du bien aux autres, mais ça me fait aussi du bien à moi". Et de conclure : "Finalement, c’est très thérapeutique". La preuve, que parfois, les réseaux sociaux ont du bon.


Sabine BOUCHOUL | Chronique : Benjamin MULLER

Tout
TF1 Info