De nombreux hommes vivent la perte de leurs cheveux comme un traumatisme.
Cette phobie de la calvitie remonterait à l'ancienne Égypte et on lit la perte de vigueur, beauté et jeunesse.
Dans Bonjour ! La Matinale TF1, Monique Younès tord le cou aux idées reçues et clame haut et fort "Vive les chauves" !

Quel est le point commun entre Zinedine Zidane, Jason Statham et Bruce Willis ? Ces hommes affichent un crâne lisse et brillant. Si certains hommes voient dans l’apparition de la calvitie, l’adieu définitif à leur jeunesse, à la vigueur et à la vitalité, pour d’autres ne pas avoir de cheveux est un choix assumé. Pour Monique Younès, être chauve est beaucoup plus avantageux que l’on ne croit et elle nous explique pourquoi dans Bonjour ! La Matinale TF1

La calvitie, une phobie ancestrale

Les hommes craignent de perdre leurs cheveux depuis l’Égypte ancienne. En effet, les pyramides ont révélé les traces de recettes que les Égyptiens préparaient pour retrouver une chevelure dense et soyeuse. Parmi les ingrédients utilisés, on retrouve des piquants de hérisson, de l’huile d’olive, du miel, de la poudre d’albâtre et… des ongles. Une autre potion était élaborée à partir de crottes de pigeon et d’orties. Sous l’Empire Romain, Jules César a tenté de repousser la perte de ses cheveux avec une mixture à base de dents de cheval, de souris et de graisse d’ours.

Exit les ongles et les crottes de pigeon au 21ᵉ siècle. Néanmoins, les hommes n’ont toujours pas dépassé cette phobie et ils dépensent des fortunes pour lutter contre la perte de leurs cheveux. D’ailleurs, selon l’Americain Hair Loss Association, les Américaines ont dépensé 3,5 milliards de dollars pour contrer ou maquiller leur calvitie en 2023.

Les avantages d’être chauve

Selon les études américaines, être chauve n’est pourtant pas une si mauvaise chose. En effet, les hommes aux crânes lisses bénéficient d’un grand capital sympathie auprès des femmes. Elles les trouvent, plus intelligents, mieux éduqués, plus honnêtes, plus serviables, plus matures et plus sûrs d’eux. 

Toutefois, pour les hommes qui n’ont pas encore atteint l’étape, "boule à zéro", le passage par l’étape "crâne dégarni" est une douloureuse épreuve. "Ils redoublent d’ingéniosité foireuse pour cacher ce qu’on voit encore plus", plaisante Monique Younès. Certes, il existe de multiples remèdes à ce mal (médicaments, complètements alimentaires, lotions…) et c’est aussi un fréquent motif de consultation (on parle d’alopécie androgénétique.) À ces hommes, la chroniqueuse n’a qu’une seule chose à leur dire : attrapez votre rasoir !


Sabine BOUCHOUL | Chronique : Monique YOUNES

Tout
TF1 Info