Mal au dos : nos conseils pour soulager les douleurs dorsales

par Sabine BOUCHOUL | Chronique : Vincent VALINDUCQ
Publié le 27 février 2024 à 11h32

Source : Bonjour !

Nous sommes 84 % de Français à connaître des douleurs dorsales.
Ces douleurs ont de diverses natures, mais trouvent leurs origines aux niveaux des vertèbres lombaires.
Les conseils du docteur Vincent Valinducq dans Bonjour ! La Matinale TF1 pour les soulager.

On l’appelle le mal du siècle. Et pour cause, 84 % des Français disent ressentir des douleurs dorsales. Mauvaises postures, faux mouvements, manque d’activité physique, le mal de dos apparaît pour bien des raisons et peut-être particulièrement handicapant. Dans Bonjour ! La Matinale TF1, Vincent Valinducq nous livre quelques conseils pour prendre soin de cette partie de notre corps.

D’où vient le mal de dos ?

Souvent, les patients décrivent leurs maux en disant "j’ai mal aux reins" ou "au tour de rein". En réalité, le mal de dos n’a rien à voir avec cet organe. Ce qui provoque les douleurs ce sont les vertèbres situées au niveau des lombaires, cela peut être un ligament, un muscle ou bien un pincement au niveau du nerf sciatique. Dans d’autres cas, la douleur peut être provoquée par une fatigue psychologique, d’où l’expression "j’en ai plein le dos". 

Que faire lorsque l’on a mal au dos ?

Évidemment, on aimerait rester allongé toute la journée au lit ou sur le canapé, le temps que la douleur passe. C’est une très mauvaise idée, car cela peut aggraver la douleur. Il est primordial de rester actif et en mouvement. Le meilleur moyen de soigner un mal de dos est de marcher afin de permettre aux articulations du bas du dos de retrouver de la mobilité et aux muscles de se tonifier. En revanche, si la douleur est insoutenable, il est toujours possible de prendre des anti-inflammatoires, s’il n’existe pas de contre-indications.

Faut-il passer un scanner quand on a mal au dos ?

Le docteur Vincent Valinducq est catégorique : il n’est nullement nécessaire de faire une radio pour un mal de dos. En tout cas, pas dans l’immédiat. En effet, le médecin généraliste, lorsqu’il ausculte son patient, va d’abord rechercher des signes de gravité. C’est uniquement en présence de "drapeaux rouges" (jambes paralysées, douleurs insupportables, incontinence…) qu’il va prescrire une IRM. Autrement, le médecin généraliste préconisera la prise d’anti-douleur et orientera son patient vers un kinésithérapeute. 

Prendre soin de son dos pour éviter les douleurs

Nos parents nous répétaient à longueur de temps "tiens-toi droit". Là où ils ont raison, c’est l’importance de la posture et de la position du dos. Or, nous sommes de plus en plus sédentaires, souvent assis derrière un bureau, sur une chaise qui n’est pas adaptée ou les yeux rivés sur le téléphone portable. Ces positions, maintenues trop longtemps, peuvent favoriser l’apparition de douleurs dorsales. Il est donc important de changer de position fréquemment. Par ailleurs, au travail, on n’hésite pas à faire des étirements et à se lever de sa chaise toutes les heures. Pourquoi ? Parce que lorsque l’on retrouve la position assise, le corps prend naturellement la bonne position… position qui s’affaisse au fur et à mesure. Il faut savoir que l’Assurance Maladie a lancé une application mobile, Activ’Dos, qui propose des exercices pour étirer et renforcer le dos. Il vous dira merci !


Sabine BOUCHOUL | Chronique : Vincent VALINDUCQ

Tout
TF1 Info