Pourquoi les Françaises boudent-elles la pilule ?

par Emma FORTON | Chronique : Benjamin MULLER
Publié le 7 février 2024 à 10h31

Source : Bonjour !

Les ventes de pilules ont chuté de 12 % en dix ans.
Pourquoi une telle désaffection ? Et est-ce que c'était mieux avant ?
Dans Bonjour ! la Matinale TF1, Benjamin Müller se penche sur l'historique de la pilule pour comprendre ce désamour des Françaises.

Jusqu'en 1967, la pilule était interdite. Il n'y avait donc pas de contraceptif. La meilleure contraception, c'était l'abstinence, ce qui posait de nombreux problèmes dans les couples. Benjamin Muller a ressorti des archives de la télévision de l'époque pour Bonjour ! La Matinale TF1 : "Un camarade qui boit parce qu'il n'a plus aucun rapport sexuel avec sa femme." Pourquoi ? lui demande-t-on. "Parce qu'ils ont cinq enfants et qu'ils ne veulent pas en avoir six", explique un homme à l'époque.

C'est le général de Gaulle qui permettra la commercialisation de la pilule. Fait étonnant : il a pourtant longtemps été très hostile à la contraception. Alain Peyrefitte, figure indissociable du Général de Gaulle, raconte dans son livre "C'était de Gaulle" la réaction du général quand François Mitterrand lui a proposé de libéraliser la pilule. "Vous allez contre ce que la femme a de plus précieux, la fécondité. Elle est faite pour enfanter ! Si on tolère la pilule, on ne tiendra plus rien ! Le sexe va tout envahir !", avait-il déclaré en 1965. Seulement deux ans plus tard, il change d'avis, convaincu par le député Lucien Neuwirth. C'est à lui que l'on doit cette fameuse loi de régulation des naissances et il légalise la pilule en 1967. Une révolution, mais aussi une libération pour les femmes.

Dans les médias, certains osent poser une question déjà empreinte d'une certaine modernité. "Messieurs, seriez-vous prêt à prendre une pilule ?" "Absolument pour. Je ne vois pas pourquoi ce seraient les femmes qui auraient des ennuis et pas les hommes", affirme un homme en 1975.

Les femmes ne veulent plus subir les effets de la pilule

Près de 50 ans plus tard, de plus en plus de femmes se détournent aujourd'hui de la pilule. Celle-ci n'est plus vécue comme un symbole de liberté. D'ailleurs, les ventes de pilules ont chuté de 12 % en dix ans. "J'ai été consciente rapidement de tous les effets secondaires que je ne voulais absolument pas subir", assure une femme en 2017. Quand une autre poursuit : "c'est quelque chose qu'aujourd'hui les femmes n'ont plus envie de tolérer comme une conséquence normale d'une contraception efficace. C'est pour ça qu'il y a une volonté de passer à quelque chose de plus naturel."

Car oui, c'est évidemment tout l'enjeu aujourd'hui pour les femmes : reprendre le pouvoir sur leur contraception et se tourner vers des moyens plus naturels. En plus de la pilule, les femmes se détournent aussi des moyens de contraception hormonaux (patch, anneau vaginal, implant, injection intramusculaire) et des pilules troisième génération, qui avaient causé de nombreux scandales. Elles présentent un risque plus élevé de thromboembolique veineux : la formation d'un caillot sanguin dans les vaisseaux. Ainsi, ce sont davantage les préservatifs ou le retrait, où le partenaire se retire avant l'éjaculation, qui sont aujourd'hui plébiscités par les femmes. 

50 ans après, les Françaises délaissent de plus en plus la pilule contraceptiveSource : JT 20h Semaine

Des progrès sur la contraception masculine

Fuir la pilule oui… mais attention ! Les gynécologues alertent. Les femmes doivent tout de même continuer de questionner les médecins sur leur contraception, notamment laquelle leur correspond le mieux ? Le pire serait de tout arrêter sans y réfléchir avant. Depuis la mise sur le marché de la pilule en 1967, la place de ce moyen de contraception n'a fait qu'évoluer. Aujourd'hui, la recherche a encore franchi une nouvelle étape sur le terrain de la contraception masculine. Les hommes sont dix fois plus nombreux qu'il y a dix ans à recourir à la vasectomie, une méthode de stérilisation masculine. Selon les derniers chiffres de l'Assurance maladie disponibles, 23 000 hommes ont fait une vasectomie en France en 2021.


Emma FORTON | Chronique : Benjamin MULLER

Tout
TF1 Info