Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Coronavirus : comment il s'attaque à notre cerveau

Publié le 5 décembre 2020 à 20h10, mis à jour le 5 décembre 2020 à 23h10
JT Perso

Source : JT 20h WE

Certains patients développent parfois des mois après leur guérison des symptômes neurologiques inquiétants. Une étude a été lancée sur les effets à long terme du covid. Le 20h de TF1 a mené l'enquête.

Clémentine, 33 ans, a été infectée par le Covid en avril. Mais au départ, elle n'a pas développé une forme grave de la maladie. "Dès le quatrième jour de covid, j'ai eu de grosses douleurs que je n'ai jamais connues, comme des coups de poignard dans les cuisses. Et ensuite, dans les mois qui ont suivi, j'ai eu des douleurs musculaires et articulaires", se confie-t-elle au micro de TF1. Ces douleurs font encore partie de ses quotidiens sept mois plus tard. Le covid empêche aussi cette étudiante en agronomie de boucler sa thèse. Elle souffre de perte de mémoire et des difficultés de concentration. Elle n'est pas un cas isolé.

Selon une récente étude britannique, 20% des patients covid qui ne sont pas allés en réanimation présentent des symptômes persistants. Dans un hôpital parisien, professeur Dominique Salmon-Ceron, infectiologue à l'hôpital Hôtel-dieu, mène une étude sur les formes longues de la maladie. Elle a reçu 160 patients depuis le mois de mai.

"Nous observons essentiellement trois types de symptômes. Tout d'abord cette fatigue importante et terrassante. Ensuite, des signes neurologiques ou centraux avec des troubles de concentration, des difficultés à résoudre des questions simples. Et des difficultés à respirer. Le cœur qui bat vite, des palpitations, des tachycardies", explique-t-elle.

Et contrairement aux idées reçues, ces malades sont jeunes, 40 ans en moyenne et en majorité des femmes. Elle explique également comment le coronavirus s'attaque à notre cerveau. "En fait, toutes les cellules qui portent le récepteur du virus peuvent être infectées. Par exemple, les cellules qui sont proches des neurones, le virus reste au niveau du nez, et continue à irriter le corps ", indique l'infectiologue. Impossible encore de connaître les effets à long terme du covid. Mais selon une étude australienne, l'infection des cellules du système nerveux par le coronavirus pourrait jouer un rôle dans le déclenchement de la maladie de Parkinson


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info